19-02-18 Rencontre de l’OPLO avec la FELCO et les CREOs Lengadòc et de l’académie de Toulouse

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

La rencontre a eu lieu 19 février 2018 à Toulouse au siège de la région Occitanie (Pyrénées Méditerranée) de 14 h à 16 h 30.

Lire le document en PDF : 1803-02-CR Rencontre OPLO-FELCO-CREO 19 fév

L’OPLO est représenté par Charline Claveau–Abbadie, présidente, Estève Cros, directeur, Pauline Larrieu, chargée de mission pour la politique linguistique.

La FELCO par Yan Lespoux, psdt,le CREO Toulouse de Nicolas Rey-Bèthbéder, psdt, le CREO Languedoc de Marie-Jeanne Verny, psdte et Claire Torreilles, trésorière

NB: Patric Roux, premier vice-président, n’a pu rejoindre la réunion suite à un problème technique. Il sera mis au courant de nos échanges.

I- Sur les questions de niveau national

1. Postes aux concours et réforme des lycées

Les rencontres de l’OPLO au ministère vont dans le sens de celles de la FELCO jusqu’au mois de janvier. OPLO et FELCO ont eu l’impression qu’un dialogue avait lieu et ils attendent des avancées sur la question des postes au concours.

Le ministère s’est intéressé à la question de l’enseignement de l’occitan dans le cadre de la réforme des lycées. On a également parlé d’une possible augmentation du coefficient de la LVIII. Cette question devrait être étudiée dans le cadre de la consultation qui sera lancée en mars. Tout comme l’OPLO qui a fait cette demande, la FELCO demandera à être associée à cette consultation technique qui sera lancée à partir de mars. Cette consultation a pour objet d’échanger sur les coefficients au bac, sur l’évaluation des candidats au bac inscrits dans des lycées où il n’y a pas d’enseignement de l’occitan…

Le CREO Toulouse a exprimé ses inquiétudes quant à l’avenir de l’option occitan du bac pour les candidats libres. Comment seront-ils évalués? La consultation technique devra apporter des réponses.

2. Formation au sein des ÉSPÉ

OPLO et FELCO pensent qu’il serait nécessaire d’avoir une meilleure carte de la formation et que c’est une question importante à étudier (3 ÉSPÉ uniquement sur tout l’espace concerné qui proposent une formation, rien dans l’académie de Bordeaux). Dans l’académie de Montpellier, le CREO Lengadòc fait remarquer qu’il n’y a qu’une formation à Carcassonne, loin du Gard ou de la Lozère où il y a des besoins.

Une étroite collaboration des ESPÉ de Tarbes et de Pau pour renforcer la formation en Gascon, pourrait par exemple être mise à l’étude. Cela irait dans le bon sens selon le CREO Toulouse.

II- Sur les questions académiques

1. L’OPLO cherche à rencontrer les rectrices nouvellement nommées.

L’urgence est la mise en œuvre des conventions au sein de chaque académie en même temps. La FELCO pourra informer l’OPLO de tout non-respect de la convention-cadre ou conventions académiques, tels que les rejets de demande de dérogation ou des modalités d’enseignement qui seraient non respectées (par exemple, au moins 2 h de la sixième à la terminale).

2. La délégation insiste sur l’obligation de tenue régulière des CALR

Ils sont plus qu’irréguliers dans l’académie de Montpellier. La délégation souligne également la nécessité de formation de groupes de travail intermédiaires pour les préparer correctement (départementaux par exemple, comme c’est le cas, souligne le CREO Lengadòc, pour le catalan dans les Pyrénées Orientales).

Le CREO Toulouse souligne que le CAEOC doit être soutenu rapidement et que la date n’est pas encore fixée. Peut-être l’OPLO pourrait-il en parler avec la nouvelle rectrice Anne Bisagni-Fauré.

L’OPLO indique que les conventions s’appuient sur des comités de pilotage interacadémiques, académiques et départementaux, qui ont vocation notamment à faire des propositions sur la carte des enseignements de l’occitan. Ce sont eux les vrais outils de pilotage des conventions selon l’OPLO, en complément des CALR qui ont pour objet notamment l’évaluation des politiques rectorales.

3. Question des conseillers Pédagogiques Départementaux (CPD).

La délégation insiste pour que le principe d’au moins un CPD occitan soit respecté dans chaque département : pas de suppression du poste et mise au mouvement des postes disponibles. Le CREO Toulouse a insisté sur le cas du Lot, où la convention n’a pas été respectée. Le CREO Lengadòc demande que la situation du département de l’Hérault où le poste est vacant en cette année 2017-2018 soit réglée à la rentrée 2018.

L’OPLO s’est déclaré prêt à intervenir auprès du rectorat pour le rétablissement des CPD occitans.

4. Problème du suivi des enseignements.

De nombreux cas dans l’académie de Montpellier et de Toulouse de non-suivi dans les différents établissements (notamment des cursus bilingue) à l’école, au collège et au lycée, malgré l’existence de la demande et d’enseignants disponibles. Ce qui est plus grave, ce sont les cas d’interruption du suivi, malgré les déclarations généralement faites sur cette question de principe.

L’Office indique que le respect de la continuité des enseignements est inscrit dans la convention nationale. Il interviendra dès qu’il aura été informé du non-respect de cet engagement contractuel comme cela a été fait en Dordogne notamment.

5. Problème du déficit général des ressources humaines

Cette question est à lier avec celle des postes aux concours. Il y a nécessité de comptabiliser et de compenser les équivalents temps pleins (ETP) utilisés dans la valence. Outre la baisse importante du nombre de professeurs en poste (de 56 à 33 pour l’académie de Montpellier depuis le début des années 2000), le nombre d’heures réelles d’enseignement de l’occitan est en constante diminution. Une part importante des services des professeurs voir annexe 1) est consacré à l’enseignement de la valence (c.àd. de la seconde matière évaluée lors du concours). Ces heures perdues pour l’occitan ne sont jamais compensées par l’attribution de moyens supplémentaires.

Cet écart entre les services dus par les professeurs certifiés d’occitan-langue d’oc et les heures effectives consacrées à l’enseignement de l’occitan semble ignoré ou au mieux largement sous-estimé par les interlocuteurs de la FELCO.

IL apparaît nécessaire qu’une étude détaillée soit réalisée par la DGESCO (comme celle que menait M. Loubaud tous les quatre ans).

Les CREOs insistent, à la fois dans l’académie de Toulouse et dans celle de Montpellier, sur les problèmes de moyens en personnel et en heures d’enseignement. Ils pourront communiquer ces données à l’Office qui est chargé (dans le cadre de la mise en œuvre de la convention nationale) de mesurer les évolutions et le calibrage de la ressource humaine et des moyens budgétaires.

Les membres de la délégation font remarquer qu’il faut surtout penser aux conditions de travail et d’affectation des collègues : beaucoup de professeurs arrêtent d’enseigner l’occitan parce qu’ils sont éreintés.

Mais, surtout, il faut permettre aux jeunes de se former aussi en occitan. Nous devons faire plus pour promouvoir l’occitan dans les lycées et dans les facultés.

L’OPLO pourrait se charger de donner de la cohérence à cette campagne de valorisation.

Cela permettrait également une plus grande visibilité de l’OPLO dont l’action reste largement méconnue des collègues d’occitan.

            Académie de Toulouse

L’enseignement de l’occitan ne progresse plus dans l’académie. Il n’y a pas assez de sites bilingues qui ouvrent. Il manque des professeurs et, pour cette raison, il faut plus de postes aux concours. Les habilitations ne suffisent pas.

            Académie de Montpellier

L’enseignement de l’occitan, dans l’académie de Montpellier, est présenté par le CREO comme vraiment sinistré, après une période de vide, sinon d’hostilité affichée, de la part du rectorat. La non-tenue du CALR est corrélée avec l’absence de suivi administratif spécifique et sérieux de l’enseignement de la LR en premier et second degré. Le CREO Languedoc demande que soit rétablie la fonction de chargé de mission telle qu’elle a fonctionné et telle qu’elle existe dans les autres académies, Toulouse en premier lieu, en attente de la création d’un corps d’IPR de langue régionale.

6. Demande forte des enseignants d’occitan surtout par rapport à l’OPLO

Nos collègues demandent que l’existence et le rôle de l’OPLO soient plus connus. Besoin d’un minimum de communication sur la question. Et par exemple des sessions décentralisées (d’une manière ou d’une autre) pour échanger sur les situations locales. L’académie de Montpellier dans sa partie orientale semble moins connue.

7. Quelles formes d’aide possible de l’OPLO ?

– L’OPLO pourrait aider les CREOs, par exemple, dans le cadre des campagnes de sensibilisation menées auprès des parents et du public scolaire.

– Le CREO Lengadòc souligne la nécessité de renégociation de la mise à jour du partenariat avec l’ONISEP: http://www.felco-creo.org/brochure-onisep-loccitan-des-etudes-des-metiers/, dont il avait été à l’initiative en 2011 et qui avait mis à disposition du public des documents essentiels pour la promotion des études d’occitan et des métiers qu’elles permettent.

L’OPLO indique que le projet est en cours, mais que les coûts du projet doivent être recalibrés.

Annexe 1 : proportion d’ETP (équivalents temps pleins) utilisés dans l’enseignement de la valence

  • Montpellier : 33 professeurs certifiés dont 14 ETP dans la valence ;
  • Nice : 14 certifiés dont 5 ETP dans la valence ;
  • Toulouse : 69 certifiés dont 9 ETP dans la valence ;
  • Bordeaux : 28 certifiés dont 8,5 ETP dans la valence ;
  • Clermont-Ferrand : 2 certifiés dont 0,5 ETP dans la valence.

Ces équivalents temps pleins (ETP), qui sont perdus pour notre discipline, sont utiles pour implanter les collègues dans un nombre plus réduit d’établissements. Ils ne sont pas cependant compensés par l’attribution de moyens supplémentaires alors même que les services du Ministère comptabilisent les services de ces enseignants comme des services en occitan.

Annexe 2 : comparaison des moyens en postes dans les diverses langues régionales

Basque Breton Catalan Corse Créole Occitan Total
2000 5 9 5 6 19 44
2001 6 11 6 8 22 53
2002 6 8 6 9 11 20 60
2003 4 8 4 7 9 13 45
2004 1 2 1 3 4 4 15
2005 1 2 1 3 4 4 15
2006 1 2 1 3 4 4 15
2007 1 2 1 3 4 4 15
2008 1 2 1 3 4 4 15
2009 1 2 1 3 4 4 15
2010 1 2 1 3 4 4 15
2011 1 2 1 2 4 4 14
2012 1 2 1 1 4 4 13
2013 1 2 1 1 4 4 13
2014 1 1 1 1 2 4 10
2015 2 3 2 1 5 5 18
2016 3 4 3 1 6 6 23
2017 3 4 3 1 6 6 23
Total 40 68 40 59 79 123 407
Départements concernés 1 4 1 2 4 30 40*
Académies concernées 1 1 1 1 4 8 14*
Nombre total de postes créé par département depuis 2000  

 

40

 

 

17

 

 

40

 

 

29.5

 

 

19.75

 

 

4

 

 

10.17

 

Rescontre de l’OPLO amb la FELCO e los CREOs Lengadòc e Tolosa – 19 de febrièr de 2018 a Tolosa al sièti de la Region Occitània (Pirenèus Mediterranèa) 14 h-17h

  • L’OPLO es representat per Charline Claveau Abbadie, presidenta, Estève Cros, director e Pauline Larrieu encargada de mission per la politica lingüistica
  • La FELCO per Yan Lespoux, psdt
  • Lo CREO Tolosa per Nicolau Rei-Bèthvéder, psdt
  • Lo CREO Lengadòc per Maria-Joana Verny, ,psdta e Clara Torreilles, clavaira

NB : Patric Roux, primièr vici-president, aguèt un auvari de veitura 20 km abans Tolosa. Se ten assabentat dels escambis

I. Sus las questions del nivèl nacional

1. Pòstes als concorses e reforma dels licèus

Los rescontres de l’OPLO al ministèri van dins lo sens de lo de la FELCO al mes de genièr. FELCO e OPLO an agut lo sentiment qu’un dialòg èra a se metre en plaça e espèran d’avançadas sus la question dels pòstes als concors.

Lo ministèri se mostrèt atentiu a la question de l’ensenhament de l’occitan dins l’encastre de la refòrma dels licèus. Se parlèt tanben d’una possibla aumentacion del coeficient de la LVIII. Aquela question deuriá èsser estudiada dins la consultacion que va èsser lançada en març.

La FELCO va demandar d’èsser associada a aquela consultacion.

Lo CREO Tolosa diguèt sas inquietuds per l’avenir de l’opcion occitan al bac pels candidats liures. Cossí seràn evaluats ?

2. Formacion dins las ESPEs

L’OPLO e la FELCO pensan que caldriá una melhora mapa de la formacion e qu’es una question importanta d’estudiar : 3 ESPE solament sus tot l’espaci concernit que prepausan una formacion ; res dins l’acadèmia de Bordèu, e per l’acadèmia de Montpelhièr, lo CREO Lengadòc fai remarcar que i a qu’una sola formacion, decentrada, a Carcassona, luenh de Gard o de Lozèra ont i a de besonhs.

Lo CREO Tolosa pensa que l’idèa de l’OPLO d’una collaboracion estreta dels ESPEs de Tarba e Pau per afortir la formacion en gascon va dins lo bon sens.

Sus las questions academicas

1. L’OPLO es per rescontrar lèu las rectritz novèlament nomenadas.

L’urgéncia es la mesa en òbra de las convencions dins cada acadèmia parièrament. Ja l’OPLO demanda que lor fagam conóisser tot cas de non-respècte de la convencion-quadre, coma per exemple de refús de derogacion. Aquí son ja intervenguts positivament.

2. La delegacion insistís sus l’obligacion de tenguda regulara dels CALR

Lo CREO Lengadòc fai remarcar que son mai qu’irregulars dins l’acadèmia de Montpelhièr. E formacion de grops de trabalh intermediaris per los preparar corrèctament (departamentals per exemple, coma se fai pel catalan dins los Pirenèus Orientals ).

Lo CREO Tolosa insistís sul fach que lo CAEOC a de se tenir lèu e la data es pas encara fixada. Benlèu, l’OPLO ne poiriá parlar amb la novèla rectritz Anne Bisagni-Faure.

3. Question des Conselhièrs pedagogics departamentals.

La FELCO insistís per que sia respectat lo principi d’al mens un CPD occitan dins cada departament : pas de supression de pòste e mesa al moviment dels pòstes disponibles. Lo CREO Lengadòc demanda que siá reglada a la dintrada 2018 la question de la vacança del pòste dins Erau. Lo CREO Tolosa insistiguèt sul cas d’Òlt, ont la convencion foguèt pas respectada.

L’OPLO se declarèt prèsta a intervenir al prep del rectorat pel restabliment del CPD occitan.

4. Problèma del seguit dels ensenhaments.

I a de cases nombroses dins las acadèmias de Montpelhièr e de Tolosa de non seguit d’escòla (cursus bilingüe) en collègi e de collègi en licèu malgrat l’existéncia de la demanda e d’ensenhaire disponible. E, çò mai grèu, i a de cases d’interrupcion de seguit, malgrat las declaracions generalament fachas sus aquela question de principi.

5. Problèma del deficit general de ressorças umanas

Aquel problèma es de ligar amb lo dels concorses, e dintra dins l’argumentari. Es necessari de comptabilizar e de compensar los ETP utilisats dins la valéncia (cf. Annèxa). En mai de la baissa significativa del nombre de professors en pòste (de 56 a la debuta dels ans 2000 dins l’acadèmia de Montpelhièr a 33 a l’ora d’ara), una granda part dels servicis dels ensenhaires certificats d’occitan es consacrat a l’ensenhament de la valéncia (l’autra matèria qu’es evaluada al concors). E aquela utilizacion dels servicis dels professors es jamai compensada per de mejans afectats a l’occitan.

Lo nombre d’oras efectivament consacradas a l’ensenhament de l’occitan sembla ignorat, o pel melhor largament sosestumat per los interlocutors de la FELCO. Sembla necessari qu’una enquista detalhada deuriá èsser facha regularament per la DGESCO (coma la que bailejava lo sénher Loubaud cada quatre ans).

Los CREOs insistisson, tant dins l’acadèmia de Tolosa coma dins la de Montpelhièr, suls problèmas de mejans en personal e en oras d’ensenhament

Mas, sustot, cal permetre a mai de joves de se poder formar en occitan. Devèm far mai de promocion de l’occitan dins los licèus e dins las facultats e l’OPLO se poiriá encargar de donar de coeréncia a aquela campanha de valorizacion.

Aquò permetriá tanben una mai granda visibilitat de l’OPLO que son accion demòra largament desconeguda.

Acadèmia de Tolosa

L’ensenhament de l’occitan progrèssa pas pus dins l’acadèmia. I a pas pro de sitis bilingües que durbisson. Manquem de professors e per aquò far, cal mai de pòstes als concorses e las abilitacions sufisson pas. Tanben s’a de tornar pensar aqueles concorses. I a fòrça de professors que daissan d’ensenhar l’occitan perque son escrancats.

Acadèmia de Montpelhièr

L’ensenhament de l’occitan dins l’acadèmia de Montpelhièr es presentat coma vertadièrament sinistrat, aprèp un periòde de voide, senon d’ostilitat afichada, de la part del rectorat : la non tenguda dels CALR es tanben lo fach de l’abséncia de seguit administratiu especific e seriós de l’ensenhament de la LR en primièr coma en segond gra. Lo CREO Lengadòc demanda que siá restablida la foncion de cargat de mission tala coma foncionèt e tala coma existís dins las autras acadèmia, Tolosa d’en primièr, en esperant la creacion d’un còs d’IPR lenga regionala

6. Demanda dels professors d’occitan mai que mai  que l’existéncia e lo ròtle de l’OPLO siá mai conegut.

Besonh d’un minimum de comunicacion sus la question. E per exemple de sesilhas descentralizadas (d’un biais o d’un autre) per escambiar sus las situacions localas. L’acadèmia de Montpelhièr, mai que mai dins sa part orientala sembla mens coneguda, çò ditz lo CREO Lengadòc

7. Quinas formas d’ajuda possibla de l’OPLO ?

– L’OPLO poiriá ajudar los CREOs, per exemple dins las campanhas de sensibilizacion que son fachas en direccion dels parents e del public escolar ?

– Lo CREO Lengadòc joslinha la necessitat de renegociacion del partenariat amb l’ONISEP: http://www.felco-creo.org/brochure-onisep-loccitan-des-etudes-des-metiers/, que n’èra estat a l’iniciativa en 2011 e qu’aviá mes a la disposicion del public de documents essencials per la promocion dels estudis d’occitan e dels métiers que permeton.

L’OPLO indica que le projècte es en cors, mas que los còstes ne devon èsser recalibrats.

 

Ce contenu a été publié dans Actualitats acuèlh, Collectivitats territorialas, Nòstras accions. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.