Postes aux concours. Le Ministère répond à la FELCO

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

NB : aquela letra es una responsa a la nòstra letra del 1er de setembre : http://www.felco-creo.org/demande-dun-recrutement-supplementaire-au-capes-doccitan-la-felco-ecrit-au-ministere/

Christophe PACOHIIL, Chef de cabinet            21 décembre 2017
MEN

 Madame la Secrétaire,
Vous aviez appelé l’attention dc Monsieur Jean-Michel BLANQUER, ministre de l’éducation nationale, sur la demande de recrutement supplémentaire de la fédération des enseignants de langue et culture d’oc de l’éducation nationale (FELCO) au certificat d‘aptitude au professorat de l’enseignement du second degré (CAPES) d’0ccitan-langue d’oc, à la suite de la démission d’un lauréat de la session 2017.
Attentif à  votre démarche et après avoir immédiatement prescrit un examen particulier de ce dossier auprès de la direction générale des ressources humaines, le ministre m’a confié le soin de vous répondre.
Les recrutements au CAPES de langues régionales, option occitan-langue d’oc, sont définis en fonction des besoins estimés pour la discipline à une rentrée donnée et de la disponibilité de la ressource enseignante. Ils doivent s’inscrire, dc plus, dans une répartition équitable des volumes de recrutement entre les différents champs disciplinaires et couvrir, dans le respect des emplois votés en loi de finances. Avec 20 postes ouverts aux concours dont 3 aux agrégations, le niveau de recrutement est supérieur à celui de 2015 (19 postes).
Compte tenu du faible volume de départs annuels clans la discipline (entre un et deux départs annuels), le niveau dc recrutement retenu en occitan-langue d’oc (cinq postes offerts au CAPES externe) marque l’attention portée par le ministère à l’enseignement des langues régionales et permet d’assurer une couverture satisfaisante des besoins.
S’agissant plus précisément de la préparation de la rentrée 2017, vous évoquez deux cas particuliers de renonciation qui concernent l’académie de Toulouse, d’une part, et l’académie d’Aix-Marseille, d’autre part.
Pour l’académie d’Aix-Marseille, je vous précise que celle-ci n‘avait sollicité aucune capacité d’accueil dans la discipline, en raison probablement de la présence du sureffectif disciplinaire : l’affectation d’un lauréat dans l’académie était liée à sa. qualité d‘ex-titulaire de l’académie (professeur de lycée professionnel), qui lui permettait d’être maintenu. Pour l’académie de Toulouse, qui sollicitait l’apport de deux stagiaires, trois ont été affectés mais une lauréate a finalement obtenu un poste d’attachée temporaire d‘enseignement et de recherche (ATER). Il est à noter par ailleurs que l’académie, qui sollicitait dans le cadre du mouvement inter-académique 2017 l’apport de trois enseignants titulaires, doit intégrer au final l’arrivée de cinq titulaires. La ressource enseignante disponible à la rentrée 2017 est donc supérieure au besoin exprime par l’académie, alors que la discipline présente également un sureffectif disciplinaire.
Au regard de l’ensemble de ces éléments, la situation de la discipline ne justifie pas qu’un recrutement complémentaire soit effectué au titre de la session 2017.
De plus, il convient de souligner qu’un recrutement complémentaire sur la session 2017 serait de nature à peser sur le volume des recrutements qui sera proposé pour la session 2018.
Enfin, je vous précise que le jury de concours, qui reste souverain, n’a pas classé de candidats sur liste complémentaire, ce qui rend impossible cet éventuel recrutement supplémentaire.
Espérant vous avoir utilement renseignée, je vous prie d’agréer, Madame la Secrétaire, l’expression de mes respectueux hommages.
Christophe PACOHIIL, Chef de cabinet

Ce contenu a été publié dans La FELCO e lo Ministèri. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.