Postes à l’agrégation – Question écrite Joël Giraud – Htes-Alpes)

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Question N° : 2808 De M. Joël Giraud (La République en Marche – Hautes-Alpes ) Question écrite ministère Éducation nationale

Nombre de postes pour l’occitan-langue d’oc à à la session 2018 à l’agrégation.

Question publiée au JO le : 14/11/2017

Texte de la question : Joël Giraud attire l’attention de M. le ministre de l’éducation nationale sur le nombre de postes pour l’occitan langue d’oc à la session 2018 dans le cadre de l’agrégation langues de France. Les enseignants d’occitan, du public pour l’essentiel, ont accueilli avec faveur, l’annonce de la création d’une agrégation de langues de France par arrêté en date du 15 mars 2017. La première session, en 2018, sera ouverte pour le breton, le corse et l’occitan-langue d’oc.

La création d’une agrégation était en effet une revendication ancienne des enseignants, en particulier pour les professeurs certifiés d’occitan-langue d’oc. Cette agrégation signifie une possibilité de promotion et de reconnaissance ouverte à cette discipline. Il se pose désormais le problème du nombre de postes qui sera accordé pour la session 2018. D’ores et déjà, de très nombreux enseignants sont inscrits au concours. Des formations ont été

ouvertes à une préparation très exigeante dans deux universités (Toulouse et Montpellier) dans laquelle de nombreux candidats de l’ensemble des 8 académies du domaine d’oc se sont déjà engagés. L’attente est donc très forte. Par ailleurs, l’aire de la langue d’oc recouvre 32 départements, et ce que révèlent les chiffres du nombre de certifiés actuels, c’est un taux d’encadrement très inférieur à celui dont bénéficient les autres langues : entre 2002 et 2012, le nombre moyen de professeurs recrutés par département des aires concernées était de 38 pour le basque, de 19, 5 pour le corse, de 19 pour le catalan, de 8,5 pour le breton, et de 2,3 pour l’occitan. Il convient donc de tenir compte dans l’attribution des postes de l’ampleur du domaine de la langue d’oc, au moins au niveau, jugé cependant très insuffisant par les enseignants, où elle est prise en compte pour le CAPES (6 postes en occitan actuellement).

Outre le nombre de postes attribués, les enseignants souhaitent que le concours d’agrégation soit bien ouvert chaque année pour l’occitan. Aussi, il lui demande de bien vouloir lui faire connaître ses intentions afin que le recrutement d’agrégés d’occitan-langue d’oc s’organise chaque année et propose un nombre de postes à la hauteur de la dimension démographique et de l’importance de l’occitan, une de ces langues de France qui sont partie intégrante du patrimoine national, et au-delà.

 

Ce contenu a été publié dans Deputats e Senators. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.