Pòstes a l’agrèg – opcion occitan, la FELCO escriu al Ministèri

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Monsieur le Chef de cabinet,

Vous trouverez en pièce-jointe une lettre de notre association à destination de Monsieur le ministre de l’Éducation nationale à propos de l’agrégation de langues de France et plus particulièrement des postes dévolus à l’option d’occitan.

Nous réitérons par ailleurs, après plusieurs courriers malheureusement restés sans réponse, notre demande de rendez-vous auprès de vos services afin d’évoquer la situation de l’enseignement de l’occitan. Si nous comprenons bien que le ministère de l’Éducation nationale est actuellement très sollicité, nous regrettons toutefois qu’il ne souhaite pas pour l’instant rencontrer notre association, représentative des enseignants d’occitan et qui a toujours entretenu des rapports avec les ministères précédents.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Chef de cabinet, l’expression de mes sentiments les meilleurs,

Yan Lespoux, président de la FELCO

Legir la letra en PDF : 1710-16-FELCO-Ministère agrégation langues de France-occitan

______________________________________________________________

Monsieur le ministre de l’Éducation Nationale

Objet : agrégation langues de France (Arrêté du 15 mars 2017) – Nombre de postes pour l’occitan – langue d’oc à la session 2018

Monsieur le Ministre,

Notre association, qui regroupe les enseignants d’occitan, du public pour l’essentiel, a accueilli avec faveur, au printemps dernier, l’annonce de la création d’une agrégation de langues de France par arrêté en date du 15 mars 2017[1]. La première session, en 2018, sera ouverte pour le breton, le corse et l’occitan-langue d’oc.

La création d’une agrégation était en effet une revendication ancienne de notre association, comme de nos collègues des autres langues concernées : en particulier pour les professeurs certifiés d’occitan-langue d’oc, cette agrégation signifie une possibilité de promotion et de reconnaissance ouverte aux autres disciplines, mais qui était jusque-là refusée à la nôtre.

Mais se pose désormais le problème du nombre de postes qui sera accordé pour la session 2018. Pour la FELCO, ce nombre de postes ne doit pas être du domaine du symbolique.

D’ores et déjà, de très nombreux collègues sont inscrits au concours.

Des formations ont été ouvertes à une préparation très exigeante dans deux Universités (Toulouse et Montpellier) dans laquelle de nombreux collègues de l’ensemble des 8 académies du domaine d’oc se sont déjà engagés. L’attente est donc très forte.

Par ailleurs, l’aire de la langue d’oc recouvre, comme vous le savez, 32 départements. Et ce que révèlent les chiffres du nombre de certifiés actuels, c’est un taux d’encadrement très inférieur à celui dont bénéficient les autres langues : entre 2002 et 2012, le nombre moyen de professeurs recrutés par département des aires concernées était de 38 pour le basque, de 19, 5 pour le corse, de 19 pour le catalan, de 8,5 pour le breton, et… de 2,3 pour l’occitan.

Il faut donc tenir compte dans l’attribution des postes de l’ampleur du domaine de la langue d’oc, au moins au niveau, très insuffisant malheureusement, où elle est prise en compte pour le CAPES (6 postes en occitan-langue d’oc actuellement). Cela nous semble relever de la bonne et simple équité républicaine. Outre le nombre de postes attribués, il nous paraît important que le concours d’agrégation soit bien ouvert chaque année pour l’occitan.

Nous vous serions donc reconnaissants de prendre en considération ces faits afin que le recrutement d’agrégés d’occitan-langue d’oc se fasse chaque année et propose un nombre de postes à la hauteur de la dimension démographique et de l’importance de l’occitan, une de ces langues de France qui sont partie intégrante du patrimoine national, et au-delà.

Nous profitons de ce courrier pour vous réitérer notre désir de vous rencontrer, vous ou les membres de votre cabinet, afin d’évoquer la situation de l’enseignement de l’occitan dans son ensemble.

Dans cette attente, nous vous prions de croire, Monsieur le Ministre, à notre haute considération

[1] https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000034258671&dateTexte=&categorieLien=id 

Ce contenu a été publié dans Actualitats acuèlh, La FELCO e lo Ministèri. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.