Nouvelle circulaire langues régionales : salvats per lo gòng !

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

SAUVÉS PAR LE GONG

[NB : à la suite la version occitane et le communiqué de la FLAREP]

Voilà qui est fait. Longtemps promise et plus espérée depuis quelques mois, la circulaire relative à l’enseignement des langues et cultures régionales n° 2017-72 du 12 avril 2017 vient de paraître au Bulletin Officiel de l’Éducation Nationale du 13 avril dernier (http://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=115565).
Nous avons été les premiers étonnés quand, le 15 mars, le ministère a contacté la FELCO et la FLAREP (Fédération pour les Langues Régionales dans l’Enseignement Public qui regroupe associations d’enseignants et de parents d’élèves œuvrant en faveur de l’enseignement de différentes langues de France) pour leur annoncer qu’il travaillait à une nouvelle circulaire et qu’une réunion aurait lieu moins d’une semaine plus tard, le 20 mars, au ministère pour en parler. Le marathon commençait. Trois semaines d’échanges étroits et de tensions pour essayer de mettre sur pied un texte que ne constitue pas un recul par rapport aux circulaires de 2001 et 2003.
Nous savions bien que, depuis la mise en place de la réforme du collège, le corpus règlementaire encadrant l’enseignement de nos langues était lâche et que rectorats, directeurs départementaux et chefs d’établissements avaient souvent tendance à « oublier » son existence. Nous savions de plus que depuis quelques mois et un recours des catalans de l’APLEC auprès du tribunal administratif de Montpellier à propos du non-respect par l’administration de l’Éducation Nationale de la règlementation de l’enseignement bilingue, que la justice administrative remettait clairement en cause les circulaires précédentes et que le Conseil d’État lui-même avait demandé (en 2005 !) au ministère d’abroger la circulaire 2001-167 portant sur l’enseignement bilingue. Ce qui avait poussé le tribunal administratif à considérer que ce texte n’avait aucune valeur. Notons au passage que cette décision du Conseil d’État répondait à une attaque de la Société des Agrégés qui, apparemment, n’aime pas les langues régionales. Nous n’avons pas encore eu vent de sa réaction à la création d’une agrégation de langues régionales, justement…

Le premier projet de texte fourni par le ministère le 17 mars représentait clairement un recul par rapport au cadre existant et, de notre point de vue, un danger pour nos enseignements. Nous en avons fait une étude critique minutieuse et avons commencé à élaborer des arguments pour demander une nouvelle rédaction. La réunion du 20 mars fut rassurante, Monsieur Noblecourt, directeur de cabinet de la ministre, nous expliquant qu’il n’était pas question pour lui de faire paraître un texte qui n’aurait pas l’adhésion des associations représentatives et qu’il était disposé à discuter de chacun des points que nous voudrions soulever. Les deux semaines suivantes furent donc consacrées à de nombreux échanges entre les associations membres de la FLAREP pour compléter et améliorer le texte ministériel afin qu’il ne constitue pas un recul pour nos langues. Échanges, navettes entre le ministère et la FLAREP jusqu’au 10 avril et, enfin, un texte.
Que dit-il ?

  • D’abord, il vient confirmer la validité des dispositifs d’enseignement bilingue à parité horaire et les possibilités d’initiation. Mieux, à la suite et dans le sens de la loi de refondation de l’école de 2013, il exprime la volonté de favoriser et développer l’enseignement bilingue dans le primaire comme dans le secondaire et encourage la concertation et l’information pour le développement de sites prodiguant cet enseignement.
  • Ensuite, du point de vue de l’enseignement bilingue comme de celui de l’enseignement optionnel ou d’initiation, il donne un cadre technique clair en ce qui concerne les horaires planchers. Il s’agit d’un éclaircissement utile et important dans le cadre de la réforme du collège.
  • Une autre chose – essentielle pour nous – est que la circulaire réaffirme l’importance des Conseils Académiques des Langues Régionales : elle dit de nouveau que ceux-ci doivent être réunis au moins deux fois par an et qu’ils sont associés à la définition et à l’actualisation de la carte académique des langues qui doit permettre de mettre en place des parcours cohérents de la maternelle au baccalauréat. De plus, elle répond à une demande que nous faisons depuis des années de commissions techniques susceptibles de se réunir entre deux sessions plénières du CALR.
  • Enfin, le texte ne subordonne pas l’existence de l’enseignement de et en langues régionales à la signature de conventions entre collectivités locales et rectorats même si, bien entendu, il les encourage. Il s’agit d’un point important pour l’enseignement de l’occitan qui ne dispose de telles conventions dans toutes les académies de son aire linguistique.

Alors oui, ce texte n’est pas parfait.

Nous espérions en particulier d’y voir figurer la question de la formation des enseignants et l’affirmation d’une offre généralisée en faveur de laquelle nous militons depuis bien longtemps.

Nous regrettons aussi, bien sûr, que ce texte arrive si tardivement et ait dû être rédigé dans une telle urgence… et l’on peut estimer que ce gouvernement qui avait tant promis n’a fait son possible pour essayer de concrétiser ses promesses, de la ratification de la Charte européenne à cette circulaire, en passant par une loi, que lorsqu’il savait que cela ne serait plus possible où que cela ne l’était qu’en acceptant de faire des concessions minimales.

Au moins avons-nous obtenu quelque chose.

Un texte qui nous donne un cadre un peu plus solide et des possibilités de développement. Un texte dont la diffusion permettra de faire de l’information et de la pédagogie – voire de mettre un peu de pression – auprès de l’administration ; et c’est toujours utile.

Nous le savons, comme d’habitude, le combat n’est pas terminé.

À nous de nous remobiliser dans les prochains mois pour essayer d’obtenir plus encore pour l’enseignement de notre langue.

SALVATS PEL GONG

Es fait. Longtemps promesa e pas mai esperada dempuèi qualques meses, la circulara relativa a l’ensenhament de las lengas e culturas regionalas n° 2017-72 del 12 d’abrial de 2017 ven de paréisser al Butletin Oficial de l’Educacion Nacionala del 13 d’abrial passat : http://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=115565.

Foguèrem los primièrs estonats quand, lo 15 de març passat, lo ministèri contactèt la FELCO e la FLAREP (Federacion per las Lengas Regionalas dins l’Ensenhament Public que ne sèm membres amb d’autras associacions d’ensenhaires e de parents obrant per l’ensenhament de diferentas lengas de França) per lor anonciar que trabalhava sus una circulara novèla e qu’un acamp se tendriá mens d’una setmana après, lo 20 de març, al ministèri, per ne parlar. Lo maraton començava : tres setmanas d’escambis estrèits e de tensions per ensajar de metre sus pè un tèxt que siá pas un recuòl per rapòrt a las circularas de 2001 e 2003.

O sabiam plan que, dempuèi la mesa en plaça de la refòrma del collègi lo corpus reglamentar enquadrant l’ensenhament de nòstras lengas èra flac e que rectorats, directors departamentals e caps d’establiments avián sovent tendéncia a « doblidar » son existéncia. Sabiam en mai dempuèi qualques meses e un recors dels catalans de l’APLEC davant lo tribunal administratiu de Montpelhièr a prepaus del non respècte per l’administracion de l’Educacion Nacionala de la reglamentacion sus l’ensenhament bilingüe, que la justícia administrativa remetiá bravament en causa las circularas precedentas e que lo quite Conselh d’Estat aviá demandat (en 2005 !) al ministèri d’abrogar la circulara 2001-167 portant sus l’ensenhament bilingüe, butant lo tribunal administratiu a considerar qu’aquel tèxt aviá pas cap de valor. Notam al passatge qu’aquela decision del Conselh d’Estat respondiá a una ataca de la Societat dels agregats qu’aparentament aima pas las lengas regionalas ; avèm pas encara la reaccion d’aquela societat a la creacion d’una agregacion de lengas regionalas, justament…

Lo primièr projècte de tèxt mandat pel ministèri lo 17 de març representava clarament un recuòl per rapòrt a l’existent e, de nòstre vejaire, un dangièr per nòstres ensenhaments. Ne faguèrem un estudi critic menimós e comencèrem de fargar d’arguments per demandar una autra redaccion.

L’acamp del 20 de març foguèt rassegurant, lo sénher Noblecourt, director de cabinet de la ministra explicant qu’èra pas question per el de faire paréisser un tèxt qu’auriá pas l’adesion de las associacions representativas e qu’èra lèste a discutir de cadun dels punts que voldriam joslevar.
Las doas setmanas seguentas foguèron doncas consacradas a un fum d’escambis entre las associacions membres de la FLAREP per adobar e melhorar lo tèxt ministerial per tal de dire que siá pas un recuòl per nòstras lengas. Escambis, navetas amb lo ministèri fins al 10 d’abrial e, enfin, un tèxt.

Qué ditz ?

  • Primièr, ven confimar la validitat dels dispositius d’ensenhament bilingüe a paritat orària e las possibilitats d’iniciacion. Melhor, dins la draia de la lei de refondacion de l’escòla de 2013, exprimís la volontat de favorizar e desvolopar l’ensenhament bilingüe dins lo primari tant coma dins lo segondari e encoratja la concertacion e l’informacion pel desvolopament de sits semondent aquel ensenhament.
  • En mai, tant sul plan de l’ensenhament bilingüe coma sul plan de l’ensenhament opcional o d’iniciacion, balha un encastre tecnic pro clar per çò qu’es del oraris minima. Es un esclargiment util e important dins l’encastre de la refòrma del collègi.
  • Una autra causa – e es essencial per nosautres –  es que la circulara tòrna afirmar l’importànça dels Conselhs Academics de las Lengas Regionalas (CALR) : tòrna dire que devon èsser recampats dos còps l’an al minimum e que son associats a la definicion e a l’actualizacion de la mapa academicas de las lengas que deu permetre de fargar de percors coërents de la mairala al bachelierat. Amai, accepta la demanda que fasèm dempuèi d’ans de comissions tecnicas que se pòscan acampar entre doa plenàrias del CALR.
  • Enfin, lo tèxt subordona pas l’existéncia d’aquel ensenhament a la signatura de convencions entre collectivitats territorialas e rectorats quitament se, solide, los encoratja. Es quicòm de fòrça important per l’ensenhament de l’occitan que, sus l’ensems del territòri, mai d’una academia beneficia pas d’una convencion.

Alara òc, lo tèxt es pas perfèit.

Esperàvem en particular d’i véser figurar la question de la formacion dels ensenhaires e l’afirmacion d’una ofèrta generalizada que militam per ela dempuèi bèla pausa.
Regretam tanben, plan segur, qu’aquel tèxt arribèsse tant tard e foguèsse estat redigit dins una tala urgéncia… e podèm estimar qu’aquel govèrn qu’aviá tant promés faguèt pas tot son possible per ensajar de realizar sas promesas, de la ratificacion de la Charta europenca a aquela circulara, en passant per una lei, als moments ont sabiá que se podriá pas faire o que se fariá amb de concessions minimalas de sa part.

Rai, avèm al mens quicòm.
Un tèxt que nos balha un encastre un pauc mai solid e de possibilitats de desvolopament.
Un tèxt que sa difusion permetrà de faire d’informacion e de pedagogia – e un pauc de pression – alprèp de l’administracion – e aquò fa totjorn mestièr.

E o sabèm, coma de costuma, lo combat es pas acabat. A nautres de nos tornar mobilizar dins los meses venents per ensajar de tirar quicòm mai per l’ensenhament de nòstra lenga.

Lo comunicat de la FLAREP

Le BOEN, Bulletin Officiel de l’Éducation Nationale, vient de publier la nouvelle Circulaire ministérielle relative à l’enseignement des langues et cultures régionales (n° 2017-072 du 12-4-2017) sur laquelle travaillaient depuis plusieurs semaines le cabinet de la ministre et la FLAREP, Fédération pour les langues régionales dans l’enseignement public. Ce texte vient confirmer la validité des dispositifs d’enseignement bilingue à parité horaire, de la maternelle au baccalauréat ainsi que les possibilités d’initiation aux langues régionales. La circulaire consolide l’enseignement bilingue et de la langue régionale en s’appuyant sur la loi de 2013 qui définit que « l’enseignement de langues et cultures régionales – dispensé tout au long de la scolarité – est favorisé », selon les termes de l’article 40 (L. 312-10 du Code de l’éducation). La loi et la volonté du Ministère étant claires -il s’agit de « favoriser l’enseignement de la langue régionale » en en développant l’offre- les parents sont encouragés, partout, à exprimer leur demande d’enseignement de langue régionale et de bilinguisme auprès des écoles et des collèges, tout en en informant les associations qui soutiendront les demandes auprès des instances académiques.
À l’école, la circulaire réaffirme l’intérêt de l’enseignement précoce des langues vivantes régionales et du bilinguisme. Au collège, le nouveau cadre réglementaire rappelle les minimums de 3h hebdomadaires de langue et de DNL en langue régionale pour atteindre la parité, dans le cadre de la récente réforme. Il réitère les possibilités d’enseignement (initiation ou continuité) de langue régionale dès la 6ème et jusqu’à la 3ème. Le texte prévoit en particulier que la volonté du Ministère soit traduite dans une « stratégie académique de développement de l’enseignement des langues régionales ». Pour cela les familles sont informées (article de la loi) et les collectivités sont associées – dans le cadre de conventions avec l’Éducation Nationale – en particulier pour évaluer la demande des familles. Le rôle des Conseils académiques de langues régionales est réaffirmé dans la définition de la politique académique d’enseignement des langues régionales : ils doivent être réunis deux fois par an et leur efficacité sera améliorée par la réunion de groupes techniques restreints.
Sans être révolutionnaire, la nouvelle circulaire actualise les textes de 2001 et consolide l’existant en matière de bilinguisme et d’enseignement des langues régionales, en réaffirmant la volonté du Ministère de les voir développés. La FLAREP a bénéficié dans son dialogue avec le Ministère du soutien de plusieurs élus. La FLAREP reprendra contact dans les mois à venir avec les nouveaux responsables du Ministère pour résoudre plusieurs questions essentielles toujours en suspens : formation des enseignants, moyens pour la généralisation de l’offre, reconnaissance du flamand occidental et du franco-provençal savoyard exclus des langues régionales, par exemple.

Ce contenu a été publié dans Actualitats acuèlh, Butletins e comunicats, La FELCO e lo Ministèri. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.