Nouvel arrêté collèges : les syndicats répondent à la FELCO

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Suite à notre courrier alertant les organisations syndicales sur les débats au Conseil Supérieur de l’Education (CSE) concernant le nouvel arrêté collèges, nous avons alerté les organisations syndicales siégeant au CSE où le texte sera voté ce jeudi 8 juin. Plusieurs collègues syndiqués ont relayé notre demande auprès de leur syndicat.

Voici les réponses obtenues, publiées dans l’ordre de leur réception par la FELCO

Laurent Tramoni, SNES Aix-Marseille

Bonjour, Nous avons transmis à nos camarades qui siègent au CSE.

Cyril Lepoint, Secrétaire Académique. SE-Unsa Toulouse

Bonjour Mme Verny, comme par le passé, la FELCO peut compter sur le soutien du SE-Unsa. Je vais alerter nos représentants nationaux avec qui nous sommes en lien. Notre position quant à ce projet est consultable sur notre site : http://sections.se-unsa.org/toulouse/spip.php?article869.

Jérôme Fournier, secrétaire académique SE/UNSA, académie de Montpellier

(à Sandrine Pattus, CREO Lengadòc, militante SE/UNSA)
J’ai fait le point avec nos représentants au CSE. Ils vont défendre le fait que la circulaire LVR ne soit pas touchée et qu’en 6ème ou en enseignement DNL les LVR soit traitées comme les LVE, ce qui était le cas dans les textes sur la réforme du collège.

Antoine Loguillard, section départementale SE/UNSA Ariège

A Muriel Batbie, CREO Tolosa,
Merci pour l’info, nous avions reçu directement le mail de la FELCO.
Nous allons tenir compte de la situation des LVR dans nos propositions d’amendements sur l’arrêté collège et faire part de l’inquiétude de la FELCO lors de notre audience avec le Ministre Blanquer demain matin.
Nous informerons la FELCO de nos démarches.

Frédérique Rolet, secrétaire nationale SNES / FSU

(à Sophie Manzato, CREO Tolosa, trésorière SNES 65)
Chère collègue, Merci de votre message. J’avais reçu le courrier de la Felco et suis sensible à la nécessité d’alerter le Ministre sur l’avenir des LR et notamment le recul envisagé par rapport à la circulaire  2017-72. Le séminaire sur les LR organisé récemment a montré l’investissement que le SNES porte à la défense des LR, et leur apport culturel.  Soyez assurée que je ne manquerai pas d’évoquer cette question devant le Ministre rencontré demain.

Florence Denjean-Daga, cosecrétaire académique SNES Montpellier

Pour info, le courrier envoyé à nos adhérents.
Message adressé à la liste SNES des enseignants d’occitan et de catalan – copie aux S1 pour info
Infos langues régionales
Cher-e collègue,
Comme vous le savez, le SNES académique a à cœur la défense et la promotion de l’enseignement de l’occitan et du catalan, langues régionales inscrites dans le patrimoine linguistique de notre région.
Nous interpelons régulièrement le rectorat sur les moyens dévolus en propre à ces disciplines et sur la carte académique des langues régionales. Lors d’un dernier CTA (Comité Technique Académique), l’administration a reconduit la carte académique à l’identique de celle de l’année dernière, tout en laissant le soin aux CA (mais en fait aux chefs d’établissement), à travers la répartition de la DGH, l’entier pilotage de l’implantation des heures d’enseignement. Seules les heures concernant les enseignements en 6e font l’objet d’un fléchage particulier. Ainsi l’administration rectorale peut afficher une carte sans différence avec celle de l’année dernière. Mais sur le terrain, beaucoup de classes ferment si les équipes de direction ne mettent pas en avant ces enseignements auprès des familles. Nous avons dénoncé auprès de la rectrice cette forme d’hypocrisie qui s’accommode d’une réforme du collège mortifère pour tous les enseignements optionnels ou souffrant d’un a priori sur les effectifs d’élèves (« à quoi bon dépenser des heures pour quelques élèves ? » étant le message porté en filigrane par le rectorat ou certains chefs d’établissement). La crainte est bien sûr la désaffection des élèves vers ces enseignements et/ou leur « fuite » vers les établissements privés ou associatifs.
Nous réaffirmons avec force que l’école publique doit prendre en charge dans des conditions décentes l’enseignement des langues régionales.
Nous portons ces principes à chaque CALR (Conseil Académique des Langues Régionales) qui doit se réunir au moins deux fois par an. Mais leur tenue est loin d’être une réalité et le SNES académique se fait un devoir d’en rappeler l’obligation à l’administration.
Dans ce contexte peu favorable à leur développement, le ministère a néanmoins lancé deux signes en mars et avril derniers dont il faut se saisir : une circulaire relative à l’enseignement des langues régionales et l’agrégation des langues de France. La création de cette agrégation est enfin la reconnaissance pleine et entière de ces enseignements.
L’agrégation pour la langue occitane tiendra sa première session en 2018. Quant à celle pour la langue catalane, les collègues devront patienter… la première session n’étant prévue qu’en 2019.
Nous avons demandé au SNES national de dénoncer auprès du ministère le report inacceptable de l’agrégation pour certaines langues régionales, dont le catalan, et de s’inquiéter de la publication des programmes des épreuves pour celles dont les sessions sont prévues en 2018. Il est nécessaire qu’ils paraissent le plus rapidement possible pour une préparation dans de bonnes conditions. Dès que nous aurons un retour, nous vous en informerons.
[Dernière minute : le SNES a obtenu que ces points soient à l’ordre du jour du prochain CSE (Conseil Supérieur de l’Éducation) du 8 juin 2017]
Par ailleurs, le SNES national, dans le cadre de ses mandats du dernier congrès, travaille la question de l’enseignement des langues régionales. Ainsi au cours de deux journées (en mars et mai), trois universitaires, Philippe Martel (professeur d’occitan), Mona Ozouf (historienne), Michel Verpaux (professeur de droit) ont permis un éclairage historique, linguistique et constitutionnel autour des langues régionales.
Nous organiserons un stage académique courant du premier trimestre de la prochaine rentrée scolaire pour débattre et être porteurs d’un réel développement de l’enseignement des langues régionales dans l’école publique.
En attendant, il est important de nous faire remonter au niveau du SNES académique la situation réelle des classes prévues à la rentrée dans vos établissements. Nous ferons une synthèse pour les prochains CTA et CALR.

Guillaume Touzé, secrétaire fédéral SGEN-CFDT, représentant au CSE

Bonjour,
Comme vous le savez, le Sgen-CFDT, qui a soutenu le sens la réforme de 2015, est contre cette modification de l’arrêté collège.
En particulier, l’introduction d’options ou d’enseignements facultatifs est totalement contradictoire avec l’obligation de faire acquérir le socle commun à tous les élèves.
Par ailleurs nous sommes très attachés à l’enseignement des langues régionales, c’est pourquoi nous déposons ( entre autres ) l’amendement suivant à l’article 5 de l’arrêté qui est présenté jeudi :

« Article 5

Remplacer par :
« Article 7 :

Les élèves qui ont bénéficié de l’enseignement d’une langue vivante étrangère ou régionale autre que l’anglais à l’école élémentaire peuvent se voir proposer de poursuivre l’apprentissage de cette langue en même temps que l’enseignement de l’anglais dès la classe de sixième.

– Dans le cadre de la politique académie les élèves peuvent bénéficier d’un enseignement de langues et cultures régionales, dans la limite de deux heures hebdomadaires en classe de 6e et pour les classes du cycle 4.»

Une dotation horaire académique spécifique est attribuée à cette fin. »

Il nous semble que cet amendement rejoint vos préoccupations.

Claire KREPPER, Secrétaire Nationale Education – SE-Unsa

Nos sections locales nous ont effectivement fait remonter vos inquiétudes sur le projet d’arrêté modifiant l’arrêté collège et sur l’avenir de la circulaire LVR.

Hier, en commission spécialisée des collèges, nous avons fait part de notre demande de reformulation de plusieurs points de l’arrêté de manière à ce que les LVR soient bien traitées comme les LVE.  Les représentants du ministère ont été à l’écoute de cette demande et ont laissé entendre des évolutions de rédaction pour le CSE de demain.  Par ailleurs, nous avons rencontré le ministre hier en fin d’après-midi et les LVR ont fait partie des points que nous avons abordés avec lui. Là aussi, l’écoute était attentive.

Nous nous dirigeons donc vers une satisfaction de vos demandes et une pérennisation de la circulaire.

Nous reprendrons contact avec vous après le CSE.

 

Ce contenu a été publié dans Actualitats acuèlh, Non classé, Sindicats. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.