Los deputats respondon a la FELCO – Sylvia Pinel (31)

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Paris, le vendredi 20 octobre 2017
Monsieur le Président,
Vous avez eu la gentillesse de m’adresser vos félicitations suite à ma réélection et je tiens
à vous en remercier.
Vous pouvez compter sur moi pour porter haut les valeurs de la République, pour défendre
fermement les intérêts de tous nos concitoyens et de notre pays.
En ce qui concerne votre interpellation sur les difficultés rencontrées par votre
organisation concernant la pérennité de l’enseignement de l’occitan-langue d’oc, vous trouverez ci-joint à cette lettre, copie du courrier que j’ai fait parvenir à Monsieur le Ministre de l’Éducation nationale, afin d’apporter des solutions concrètes à vos demandes. Je ne manquerai pas de revenir vers vous lorsqu’une réponse me sera parvenue.
Je vous prie de croire, Monsieur le Président, a l’assurance de ma sincère considération.

____________________________________________________

Monsieur le Ministre,
La Fédération des Enseignants de Langue et de Culture cl’0c de l’Éducation Nationale m’a
saisie au sujet de l’enseignement de l’occitan en France.
En effet, la Fédération s’émeut de la disparition progressive de l’occitan en raison de la
disproportion entre les demandes territoriales en enseignants et la faiblesse du nombre de postes attribués, ainsi que de la difficulté pour un élève de bénéficier d’un enseignement continu du primaire au lycée. Il s’agit de permettre à la langue occitane de disposer de moyens suffisants, au regard du besoin des élèves dans les départements imprégnés par la culture occitane. Il en va de la diversité linguistique à laquelle chaque élève a droit, mais également du maintien de la pérennité de nos particularismes culturels régionaux.
Aussi, je souhaiterais que vous puissiez m’apporter des éléments sur la politique que vous
envisagez de mettre en place en la matière, et notamment faire en sorte que toutes les académies soient également pourvues en matière d’enseignement des langues régionales.
Je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, à l’assurance de ma sincère considération.

Ce contenu a été publié dans Deputats e Senators, Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.