Felix Castan : « m’agradariá pas de demorar mut e d’abarrejar pas ma votz tala coma es a la consciéncia cantaira dels pòbles arborats per lor drech de viure. »

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Castan, Tèxt liminari de Poèmas de campèstre, d’amor e de guèrra, IEO, Messatges, 11, dedicat a I. Girard, 1951. [Version française à la suite.]

SEGON lo convit del director de la colleccion MESSATGES, dins sa cronica del n° d’ÒC de genièr de 1951 benleu serà pus clar se disi per de qué publiqui aquels poèmas encura de per de qué los ai escriches. qu’aquò o sabi pas tan plan.

La primièra rason es que m’agradariá pas de demorar mut e d’abarrejar pas ma votz tala coma es a la consciéncia cantaira dels pòbles arborats per lor drech de viure. L’imperatiu es escrich dins la còr d’un òme: metre de bon grat las sorgas de nòstra vida en societat amb totas las vidas qu’espelisson sus la tèrra, demèst las nacions e los continents.

Me sabi pas recantonar a despart. Çò que ai, ai pas de jutjar de çò que val: es pas meu, e çò que balhi poeticament al public es per onestetat.

Aquò depend pas de la valor, çò que es escrich es per èsser publicat!

Una autra rason interferís sus aquela e l’orienta cap a una motivacion pus immediata.

Poèmas d’oc, aquestes tòmban jos la lèi d’una tradicion qu’es pas la parièra de las tradicions nacionalas.

La titeratura d’Oc es la realitat concreta de la consciéncia d’Oc. S’es constituïda en un organisme que contraròtla son endevenidor. Aquels peèmas son entre las mans de l’Institut d’Estudis Occitans qu’a l’iniciativa de lor publicacion en plaça de lor autor.

Ieu me senti un còr leugièr, liure d’un pessament d’autor, tot adobant en reculh l’expression d’una experiéncia viscuda suls tres tèmas etèrns de la natura, de l’amor e de la politica ! Las letras d’òc an besonh de trobar lor camin dins las piadas del progrès uman, d’actualizar lor messatge que ditz que tot es mesclat e se ten.

Nòstre pòble a pas de cara istorica, mas una cara de natura, arbora la votz de sa lenga per far clantir lo somi fort de la raça dels òmes, lo somi d’armonia terrenala.

Coneis qu’aviá rason dins los uèIhs de l’umanitat en combor.

Aquelas rasons son, me fisi, las que me butèron per escriure las regas poeticas que son aicí acampadas !


À la suite de l’invitation du directeur de la collection MESSATGES, dans sa chronique du n° d’Òc de janvier 1951, peut-être sera-t-il plus clair que je dise pourquoi je publie ces poèmes au lieu de dire pourquoi je les ai écrits, car, cela, je le sais moins bien.

La première raison est qu’il me déplairait de rester silencieux et de ne point mêler ma voix telle qu’elle est à la grande conscience chantante des peuples dressés pour leur droit à la vie. L’impératif est inscrit dans un cœur d’homme : mettre de bon gré les sources de sa vie en société avec toutes les vies qui naissent sur la terre, parmi les nations et les continents.

Je ne sais pas me rencogner à l’écart. Ce que j’ai, je n’ai pas à juger de ce que cela vaut : cela ne m’appartient pas, et ce que je donne poétiquement au public, c’est par honnêteté que je le donne.

La valeur importe peu, ce qui est écrit est fait pour être publié !

Une autre raison interfère sur celle-ci et l’oriente vers une motivation plus immédiate.

Poèmes d’Oc, ces poèmes tombent sous la loi d’une tradition qui diffère des traditions nationales.

La littérature d’Oc est la réalité concrète de la conscience d’Oc. Elle s’est constituée en un organisme qui contrôle son devenir. Ces poèmes sont entre les mains de l’Institut d’Études Occitanes qui a l’initiative de leur publication à la place de leur auteur.

Quant à moi, je me sens le cœur léger, libre de tout souci d’auteur tandis que s’ordonne en recueil l’expression d’une expérience vécue sur les trois thèmes éternels de la nature, de l’amour et de la politique !

Les lettres d’Oc se doivent de trouver leur voie sur les traces du progrès humain, d’actualiser leur message qui dit que tout est mêlé et se tient.

Notre peuple n’a pas de visage historique, mais un visage de nature, il élève la voix de sa langue pour faire entendre le rêve profond de la race des hommes, le rêve d’harmonie terrestre.

Il se convainc qu’il avait raison dans les yeux de l’humanité en effervescence.

Je m’assure que ces raisons sont celles qui m’ont poussé écrire les lignes poétiques qui sont ici rassemblées !                                               .

Ce contenu a été publié dans Paraulas. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.