Enseignement de l’occitan : il est temps d’arrêter de jouer la division : communiqué de la FELCO

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Enseignement de l’occitan : il est temps d’arrêter de jouer la division

NB : version occitane à la suite
Yan Lespoux                        Montpellier le 1er juin 2017
Président de la FELCO

– au président et aux membres du conseil d’administration de la confédération des Calandretas
– aux présidents des fédérations régionales des Calandretas
– aux responsables de l’OPLO

La FELCO a suivi avec intérêt l’émission « cara a cara » où le journaliste Clamenç Pech, s’entretenait avec Jean-Louis Blénet, qui préside depuis fort longtemps la confédération des Calandretas (http://www.octele.com/video/cara-a-cara/Cara25.html) après avoir reçu une représentante de la FELCO (http://www.felco-creo.org/melania-laupies-socia-de-la-felco-e-secretaria-del-creo-lengadoc-entrevistada-per-clement-pech/).
La FELCO a toujours considéré que dans le paysage de l’enseignement de l’occitan, il y avait place pour tous les acteurs, et que, si nos adhérents travaillent dans l’enseignement public ou l’enseignement privé confessionnel, la contribution du secteur privé associatif a son importance.
Mais nous devons avouer notre malaise quant à la fin de l’entretien, où des collègues ont entendu une mise en accusation des acteurs de l’enseignement public, avec des mots forts comme « désastre », ou bien l’idée qu’à l’université l’enseignement de la langue était « mort ».
Nous espérons bien que pour les Calandretas comme pour la FELCO, l’avenir de la langue est une question trop sérieuse pour être subordonnée à la concurrence et à l’esprit de boutique.
Il faut comprendre que le fait de dire publiquement que les collèges et les lycées publics sont incapables de former des locuteurs convenables peut être vu comme une insulte dirigée contre les enseignants qui, dans des conditions difficiles, et avec un statut insatisfaisant s’efforcent de donner à leurs élèves la formation la meilleure formation possible.
Quant à l’Université :
– Il faudrait d’abord avoir présent à l’esprit le fait qu’il n’y a que deux universités qui forment des étudiants en occitan de la licence au doctorat.
– Par ailleurs, le public de ces universités, en présentiel comme en enseignement à distance, ne peut pas se réduire à une collection de retraités, comme le suggère JL Blénet dans l’entretien.
– Enfin, il ne faudrait pas que la confédération des Calandretas oublie que ce sont ces universités qui forment les étudiants qui pourront ensuite être recrutés parmi le personnel enseignant des Calandretas.

Voilà donc des « morts » qui risquent d’avoir leur petite utilité.

     Les remarques du président de la Confédération des Calandretas partent d’une constatation évidente que nul ne saurait nier : dans l’Éducation Nationale, à tous les niveaux, les langues de France ont des ennemis acharnés et efficaces et cela a fatalement un effet sur le développement de l’enseignement de la langue entre le premier et le second degrés.
La FELCO ne le sait que trop et l’essentiel de son action, depuis des décennies, est de lutter contre ces blocages.
Et cela à partir d’une idée de fond : la majorité des enfants sont scolarisés dans l’école publique. C’est vers eux que, de notre côté, nous devons nous tourner, eux dont les familles ne demandent rien parce qu’on ne peut pas demander une langue et une culture cachées par des années de mépris. « Pourquoi ne m’a-t-on pas dit à l’école ? » chantait Marti, en occitan dans les années 70.
À partir aussi d’une constatation : les collègues du public, dans le second degré, tout en bâtissant des projets pour dynamiser leur enseignement, souffrent de leurs conditions de travail, obligés qu’ils sont d’exercer sur plusieurs établissements, des réformes successives qui ont minoré la place de la langue, du mépris des cadres administratifs (des recteurs aux chefs d’établissements) et le premier devoir de la FELCO est un devoir de défense des collègues.
Nous préfèrerions donc, plutôt que d’entendre, une fois de plus, ces sortes d’attaques contre l’enseignement public, que Calandreta fasse front avec nous, notamment pour obtenir la tenue régulière des Conseils Académiques des Langues Régionales (CALR) et, dans les académies où l’Office Public de la Langue Occitane (OPLO) a compétence, la mise en place des déclinaisons académiques de la convention-cadre de l’enseignement de l’occitan (cf. http://www.felco-creo.org/le-texte-de-la-convention-pour-lenseignement-de-loccitan-signee-le-26-janvier/) afin de pouvoir mettre en place des filières d’enseignement de l’occitan cohérentes et pensées dans lesquelles Calandreta comme l’enseignement public trouveraient leur place dans notre projet commun de transmission de la langue.
La vraie question est donc celle de la réponse collective de fond à donner à cette hostilité officielle. Il est de notre responsabilité de citoyens de jouer la carte de l’offre la plus large possible, partout, en direction de tous. Nous ne savons que trop, faut-il le répéter, que ce n’est pas gagné d’avance si nous ne savons pas trouver les alliances nécessaires.
Le Président de la Confédération des Calandretas évoque le soutien possible des institutions régionales et locales : ce soutien serait bien utile face à des services rectoraux et face à un Ministère qui lui accorderait certainement plus d’attention qu’aux seules associations professionnelles.
Nous le redisons : pour les enseignants du public, il n’y a aucune hostilité face à l’enseignement privé associatif.
Nous travaillons tous pour un même but, la transmission de la langue.
Nous aimerions que cette absence d’hostilité soit réciproque. Nous n’avons rien à gagner, ni les uns ni les autres, dans une concurrence folle et dans des conflits dont l’histoire de la renaissance d’oc donne tant d’exemples.
Voilà le message dont nous espérons qu’il sera entendu par le conseil d’administration de la Confédération des Calandretas et que nous voulons, par son intermédiaire, porter à tous les militants de Calandreta.

Es temps d’arrestar de jogar la division

Lo president de la FELCO
–    al president e als membres del conselh d’administracion de la confederacion de las Calandretas
–    als presidents de las federacions regionalas de las Calandretas
–    als responsables de l’OPLO

     La FELCO avèm seguit amb interès l’emission « cara a cara » ont Clamenç Pech, qu’aviá ja recebuda una ensenhaira del despartiment d’occitan de l’universitat de Montpelhier, representanta de la FELCO (http://www.octele.com/video/cara-a-cara/Cara24.html) entrevistava Joan-Lois Blenet (http ://www.octele.com/video/cara-a-cara/Cara25.html), que presida dempuèi d’annadas ara la confederacion de las Calandretas.
La FELCO avèm sempre considerat que dins lo païsatge de l’ensenhament de l’occitan, i aviá plaça per totes los actors, e que se nòstres aderents trabalhan dins l’ensenhament public o privat confessional, la contribucion del sector privat associatiu, a son importància.
Mas nos cal confessar nòstra malaisança cap a la fin de l’entrevista ont de collègas an ausit una mesa en accusacion dels actors de l’ensenhament public, amb de mots fòrts coma « desastre », o l’idèia que a l’universitat l’ensenhament de la lenga èra « mòrt ».
Esperam ben que, per las calandretas coma per la FELCO, l’avenidor de la lenga es una question tròp seriosa per estre subordonada a la concurréncia e a l’esperit de botiga.
Cal comprene que dire publicament que los collègis e los licèus publics son incapables de formar de locutors convenables pòt èsser vist coma far escòrna als ensenhaires que, dins de condicions complicadas, e amb un estatut insatisfasent, fan lor pro per donar a lors escolans la formacion melhora que se pòsca.

Per quant a l’Universitat

– Caldriá premier tenir d’a ment lo fach que d’Universitats que formen d’estudiants en occitan de la licéncia al doctorat, n’i a pas que doas.
– D’autra part, lo public d’aquelas universitats, en presencial coma en ensenhament a distància, se pòt pas redurre a una colleccion de retirats, coma suggerit per JL Blénet dins l’entreten.
– Enfin, caldriá pas que la confederacion Calandreta doblidèsse qu’es aquelas universitats que forman los que poiràn puèi estre recrutats entre sos mestres.

Vaquí doncas de « mòrts » que riscan d’aver lor pichona utilitat.

     Las remarcas del president de la Confederacion de las calandretas parton d’una constatacion evidenta e que pas degús negarà : dins l’Educacion Nacionala, a totes los nivèls, las lengas de França an d’enemics acarnassits e eficaces, e aquò a fatalament un efièch sul desvolopament de l’ensenhament de la lenga entre lo primari e lo segondari.
La FELCO o sap de resta, e bona part de son accion despuèi ara de decennis es de luchar contra aqueles blocatges.
E aquò a partir d’una idèa de fons : la majoritat dels enfants son escolarizats DINS l’escòla publica. Es cap a eles que nos devèm virar, eles que sas familhas demandan pas res perqué òm pòt pas demandar una lenga e una cultura amagada per de decènnis de mespretz. « Perqué m’an pas dich a l’escòla… ? »
A partir tanben d’una constatacion : los collègas del public, dins lo segond gra, tot en montant de projèctes per dinamizar lor ensenhament, patisson de sas condicions de trabalh, esparpalhats que son sus mantun establiment, patisson de las reformas successivas qu’an minorada la plaça de la lenga, patisson dels mespretz dels cadres administratius (dels rectors als cap d’establiments) e lo primièr dever de la FELCO es un dever de defensa dels collègas.
Tant nos agradariá, puslèu que d’ausir – un còp de mai – aquela mena d’atacas de cap a l’ensenhament public de l’occitan, que Calandreta faguèsse front amb nosautres per obténer la tenguda regulara dels Conseils Académiques des Langues Régionales (CALR) e, dins las academias ont l’Ofici Public de la Lenga Occitana (OPLO) a competéncia, per obténer la mesa en plaça de las declinasons academicas de la convencion-quadre de l’ensenhament de l’occitan (cf. http://www.felco-creo.org/le-texte-de-la-convention-pour-lenseignement-de-loccitan-signee-le-26-janvier/) per tal de poder metre en plaça de filièras d’ensenhament de l’occitan coërentas e soscadas dins lasqualas Calandreta tant coma l’ensenhament public traparián sa plaça dins nòstre pretzfach comun.
La question vertadiera es doncas aquela de la responsa collectiva de fons que se pòt donar a aquela ostilitat oficiala.
Es de nòstra responsabilitat de ciutadans de jogar la carta de l’ofèrta la mai larga possibla, pertot, a totes. Sabèm, de resta, o cal repetir, qu’es pas ganhat d’avança se sabèm pas trapar las aliganças necessàrias.
Lo President de la Confederacion de las Calandretas evòca lo sosten possible de las institucions regionalas e localas : aquel sosten fariá particularament mestièr fàcia als servicis dels rectorats e fàcia a un ministèri que li acordariá segur mai d’atencion qu’a las solas associacions professionalas.
O cal repetir : per los ensenhaires del public, i a pas d’ostilitat de cara a l’ensenhament privat o associatiu.

Totes trabalham al meteis pretzfach, la trasmission de la lenga.

Aimariam qu’aquela abséncia d’ostilitat foguèsse recipròca. Avèm pas res a ganhar, ni los uns ni los autres, a una concurréncia bauja e a de conflictes que l’istòria de la renaissença d’òc ne dona tant d’exemples.
Es lo messatge qu’esperam de veire ausit pel conselh d’administracion de la Confederacion de las Calandretas e que sovetam que siá portat per aqueste CA a totes los militants de Calandreta.

Legir la letra en PDF : 1706-01-contra la division-messatge a Calandreta

Ce contenu a été publié dans Actualitats acuèlh, Butletins e comunicats. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.