« Dins lo chafaret de tota la tèrra ma parladissa se sènt d’aise. » Robèrt Lafont

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Dins lo chafaret de tota la tèrra ma parladissa se sènt d’aise. Ma lenga, au bartàs di lengatges as ta plaça d’arronze ò d’ortiga. As pas de besonh de justificacion. Siás coma lis autras, li paurassas, li qu’an pas son Louvre e sa copòli d’Institut mai de saba plen li greus. Vives. Condemnada dempuèi d’annadas dins ieu, dins ieu vives.

Li Camins de la saba, Capitol V.

Dans le tumulte de toute la terre mon langage se se,t à l’aise. Ma langue, dans les taillis des langages, tu as ta place de ronce ou d’ortie. Tu n’as pas besoin de justification. Tu es comme les autres, les misérables, celles qui n’ont pas leur Louvre ou la coupole de leur Institut, mais dont les germes regorgent de sève. Tu es vivante. Condamnée en moi depuis des années, c’est en moi que tu es vivante.

 

Ce contenu a été publié dans Non classé, Paraulas. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.