19-05-22- 18h30 – visio-conférence avec Michel Feltin-Palas : à quoi sert de parler une langue régionale en 2022 ?

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Une visioconférence animée par Michel Feltin-Palas, à l’invitation du collectif « pour que vivent nos langues » qui regroupe les principales associations de défense et promotion des langues régionales de France

Visioconférence accessible sur ce lien : https://us02web.zoom.us/j/88156963250 –  Nº du webinaire : 881 5696 3250 – Numéros internationaux accessibles : https://us02web.zoom.us/u/kd6dDRcFV

 Après une brève présentation du collectif « Pour que vivent nos langues » (https://pourqueviventnoslangues.jimdofree.com/le-collectif/), fondé en 2019, de sa composition, de ses objectifs et actions, Michel Feltin-palas interviendra sur le thème : « À quoi sert de parler une langue régionale en 2022 ? »

L’événement s’adresse au grand public, comme aux élus des collectivités territoriales et vise à interpeler les candidats aux élections législatives. Merci de le relayer.

______________________________________________________________

Beaucoup en sont persuadés : « Les langues régionales ne servent à rien ». D’où cette conclusion « logique » : laissons-les mourir. Grave erreur.

C’est oublier que les langues minoritaires permettent aussi aux individus de savoir qui ils sont, de s’inscrire dans une lignée familiale. C’est oublier qu’elles permettent à ceux qui vivent dans les régions où elles sont parlées, quelle que soit leur origine, de mieux comprendre leur environnement. C’est oublier que les langues n’ont pas seulement une fonction utilitaire ; ce sont aussi – ce sont d’abord – des objets de culture, des créations du génie humain qui méritent le respect au même titre que le château de Chambord ou un concerto de Ravel. C’est oublier enfin qu’en parlant différemment, nous pensons différemment, et que, jusqu’à preuve du contraire, l’uniformité est toujours une régression, surtout dans le domaine culturel.

 L’histoire récente nous apprend cependant que les choses ne sont pas irréversibles et que la situation d’une langue menacée peut être améliorée grâce à des politiques linguistiques appropriées. Une question particulièrement d’actualité en cette période électorale.

Ce contenu a été publié dans Actualitats acuèlh, Amb las autras associacions, Las autras lengas. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.