18-11-22 – Le SNUIPP-FSU 44 répond à la FELCO

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+
NB FELCO : nous sommes sensibles à cette réponse émanant d’en dehors de l’espace occitan : les questions que nous posons pour l’occitan se posent aussi au niveau des autres régions pour les autres langues régionales et que les combats menés par les uns servent aussi aux autres.

 1) Quels sont vos engagements dans les instances de travail dédiées à l’enseignement des langues régionales (groupes de travail départementaux, conseil académique des langues régionales…) ?

La FSU-SNUipp44 est très mobilisée sur l’enseignement en langues vivantes régionales (breton) contre l’Académie de Nantes qui ne respecte pas les textes de loi sur l’enseignement bilingue (aucun plan pluriannuel de développement, aucune mention du breton dans la carte des langues, refus d’ouvertures de filières, refus de départ en formation breton pour certain.e.s collègues PE, …). Nous, la FSU-Snuipp44 au sein du Collectif pour l’Enseignement du/en Breton dans les Écoles Publiques de Loire Atlantique (CEBEP44) regroupant des associations de parents d’élèves et une association d’enseignants bilingues (Kelennomp) qui siègent au CALR, avons déposé une requête au Tribunal Administratif de Nantes le 18 octobre dernier.

La réaction du Rectorat ne s’est pas fait attendre. En CALR le 21 octobre, un « groupe de travail » s’est constitué et un travail sur le plan pluriannuel a commencé. Mais il faut continuer à faire pression sur l’Académie pour obtenir rapidement des éléments concrets permettant le développement de l’enseignement sur le département (formation et recrutement des personnels au breton, ouvertures de filières, conventionnement Etat – Collectivités territoriales – OPLB, …)

A ce jour, la Rectrice refuse toujours la mise en place d’un groupe de travail technique sur l’enseignement en breton avec les membres du CALR volontaires.

2- Quels sont vos engagements pour le suivi des collègues : stabilité des postes, services, emplois du temps, prise en compte des difficultés administratives, défense de l’enseignement des langues régionales lorsqu’il est menacé/méprisé par la hiérarchie… ?

 La FSU locale est mobilisée également auprès de l’Université de Nantes pour la mise en place d’une formation universitaire au  breton et à l’enseignement bilingue (INSPE) à la rentrée prochaine. Sur ce point tout est à faire !

 La FSU-SNUipp44 organise des RIS « enseignement bilingue breton » pour créer des temps d’échange entre collègues bilingues, elle défend les collègues mis.es en difficulté par leur hiérarchie et leurs conditions de travail : Des collègues titulaires doivent pallier les manques de la DSDEN44 sur le recrutement bilingue et des collègues contractuel.les sont placé.es dans des conditions très complexes cette année (classe de 5 niveaux). Notre syndicat a provoqué des audiences auprès de la DASEN pour la contraindre à régler ces problèmes.

Nous veillons aussi à ce que soit assurée la continuité de l’enseignement bilingue entre le 1er et le second degré. A l’heure actuelle, l’enseignement au collège est à l’arrêt et la FSU met la Rectrice et la DASEN face à leurs responsabilités car aucun travail  n’est fait de leur part avec les chefs d’établissement.

Ce contenu a été publié dans Sindicats. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.