16-09-20 – Audience CREO Lengadòc – Mairie de Montpellier

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Cette audience avait été demandée au lendemain des élections municipales, demande accompagnée de l’envoi d’un document sur l’enseignement public de l’occitan à Montpellier et dans la Métropole.

La réunion s’est déroulée dans un climat de grande écoute et de bienveillance. La Municipalité s’est engagée à soutenir l’action « Pour que vivent nos langues » du 10 octobre. Une salle nous a été attribuée pour la réunion publique organisée à l’occasion.

Les présents à la réunion

Pour le CREO

  • Benoit Bolano, professeur des écoles bilingues – vice-président
  • Céline Serva, conseillère pédagogique départementale
  • Claire Torreilles, professeur d’occitan retraitée, ex-chargée de mission IPR,
  • Marie-Jeanne Verny, professeur d’occitan retraitée, présidente

Pour la mairie

  • Fanny Dombre-Coste, première adjointe, en charge des écoles
  • Agnès Robin, adjointe à la culture

Les points évoqués par le CREO

  • Présentation de la réalité de l’enseignement public de l’occitan, trop souvent méconnu des élus et des médias. Voir état des lieux adressés en juillet 2020 à la nouvelle municipalité : http://www.felco-creo.org/07-07-20-etat-des-lieux-de-lenseignement-public-de-loccitan-a-montpellier-et-dans-la-metropole :
  • Demande d’une plus grande visibilité de cet enseignement par
    • la pose de signalétique bilingue sur la façade des sites bilingues publics
    • l’édition d’une plaquette municipale présentant les diverses modalités d’enseignement public de l’occitan offertes sur la ville et la métropole
  • Demande d’une plus grande place de l’occitan dans l’espace public : transports, affichage écrit et oral, médias des collectivités territoriales.
  • Demande d’une place pour la création vivante occitane (littérature, musique, théâtre) dans la programmation culturelle.
  • Demande d’une intervention de la Municipalité auprès du Ministère, au moment où l’action de celui-ci est néfaste pour l’enseignement des langues régionales, alors que la constitution fait de nos langues un élément du patrimoine vivant de la Nation (art. 75-1).
  • Demande d’engagement de la mairie pour l’action « Pour que vivent nos langues » du 10 octobre. Demande d’une salle pour réunion publique.

Le courrier envoyé aux deux adjointes au lendemain de l’audience

Chère Fanny, madame Robin,

D’abord un grand merci à toutes les deux de votre écoute bienveillante et attentive.

Suite à nos échanges, voici les éléments complémentaires que nous avons proposé de vous communiquer. Nous restons bien entendu à votre disposition.

En ligne sur notre site, les deux derniers courriers de Carole Delga

http://www.felco-creo.org/31-07-20-c-delga-ecrit-a-la-rectrice-de-montpellier-signature-de-la-convention-pour-lenseignement-de-loccitan/

http://www.felco-creo.org/03-09-20-la-presidente-de-region-c-delga-interpelle-le-premier-ministre-sur-lenseignement-des-langues-regionales/

– une photo de plaque apposée sur l’école bilingue de Moissac

– un document élaboré à l’attention d’Hélène Mandroux, ancienne maire de Montpellier pour vous montrer l’historique de notre action pour la place de l’occitan à l’école publique : CREO – H. Mandroux 11-06-09

Les textes officiels concernant les sites bilingues publics sont toujours en vigueur, la carte est bien entendu dépassée : depuis, les 2 sites bilingues montpelliérains ont été créés. Je n’ai pas de carte à jour. En revanche, les infos actualisées se trouvent sur le site de l’ONISEP, avec lequel nous avons un partenariat de travail très ancien, en collaboration avec Jean-Marie Quiesse, Olivier Brunel ou Dorothée Douriez :

– Concernant le CIRDOC https://www.oc-cultura.eu/

Il est présidé par la Région, c’est pour nous un outil exceptionnel, au service des chercheurs, des étudiants, des enseignants, des artistes, et, bien évidemment, du grand public, dont la vocation d’ouverture est totalement en accord avec les principes que vous avez évoqués hier : ouverture à tous de la culture et de la connaissance, dont je puis vous assurer qu’ils correspondent totalement à la philosophie du CREO et de sa fédération interrégionale, la FELCO.

Un partenariat entre la ville et le CIRDOC pour toutes les opérations liées à la lecture publique, à l’audiovisuel, à la culture serait quelque chose de précieux, d’autant plus que le CIRDOC dispose d’un fonds important d’expositions itinérantes. Je précise qu’il y a le CIRDOC « physique » à Béziers (Hélas, il y a 40 ans, on ne pouvait pas deviner le destin politique de la ville), mais il y a aussi le CIRDOC numérique avec quantité de ressources, et le CIRDOC itinérant, qui réalise un grand nombre de manifestations à la demande dans l’ensemble des 4 Régions de l’espace occitan.

Le CIRDOC, devenu EPCC, a été dirigé pendant 10 ans par Benjamin Assié, qui est maintenant Conseiller pour le patrimoine écrit, les archives et les centres culturels de rencontre à la DRAC.

Il est depuis le 1er septembre dirigé par Cyril Gispert, jeune universitaire (audois) dans le domaine des sciences économiques et politiques, auparavant Vice-président de la Commission de la formation et de la vie universitaire à Paris VIII.

Voilà, encore merci et bon courage pour votre travail.

Copie au bureau du CREO. Je vais également informer Renaud CALVAT de nos échanges.

Amb nòstras amistats, M.J. Verny, pour le bureau du CREO Lengadòc

Ce contenu a été publié dans Elegits Lengadòc. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.