16-04-22 – Parcours Mare Nostrum : l’analyse du SNES-FSU

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

une réelle occasion de renouvellement de l’enseignement des langues régionales ?

            Le nouveau dispositif «Parcours Mare Nostrum» se présente comme un projet interdisciplinaire entre les langues anciennes latin et grec, et une ou deux langues vivantes étrangères ou régionales.  (note de service du 22-3-2022 https://www.education.gouv.fr/bo/22/Hebdo12/MENE2204039N.htm). Nous l’avions déjà évoqué dans un précédent article sur le Conseil Supérieur des Langues. Voici plus d’information.

Une approche intéressante des langues, a priori. Mais quel est le contenu de ce parcours?

En vérité, le texte est très flou: sans programme, avec une heure hebdomadaire par élève partagée entre collègues, les enseignant·es doivent monter un projet à partir des thèmes de leur choix. Les élèves élaborent leur propre projet, qui peut éventuellement être évalué au DNB, ou être mentionné dans Parcoursup. Sous couvert de liberté de choix, le texte cache mal son indigence. Outre ces modalités peu attractives, rien n’est précisé sur la pédagogie ni sur les outils ni sur les heures de concertation qui sont nécessaires pour mener à bien un tel projet. Bref, beaucoup de travail en perspective pour les enseignants qui seraient intéressés, et peu/pas de moyens. Le texte mentionne 1 heure hebdomadaire par élève. Encore une heure non fléchée prise sur la marge ? Il dit aussi que les professeur·es inscrit·es dans le projet “peuvent se relayer pour faire cours ou opter pour une co-intervention”. Mais rien n’est précisé pour l’organisation concrète (3 professeurs qui interviendront un trimestre chacun rémunérés en HSE? 2 professeurs en co-intervention, avec chacun une heure poste? Il ne faut pas rêver… Par ailleurs, la question des enseignant·es intervenant·es est aussi celle des statuts : qui ? quand ? comment ? En HSA ?

Une mise en œuvre qui semble bien compliquée.

Qui pourra bénéficier de ce parcours? Les latinistes et hellénistes, en premier lieu, mais quelle(s) autre(s) langue(s) ? Soit le texte considère que tous les élèves font les mêmes langues, ce qui est de plus en plus le cas depuis la réforme du lycée, dans ce cas un projet commun est possible. Soit il ne tient pas compte de la diversité des langues enseignées. Prenons l’exemple d’un parcours latin-espagnol : que faire des latinistes qui ont choisi allemand ? Sont-ils/elles exclu·es du parcours ? Sinon, comment leur faire admettre qu’ils vont faire de l’espagnol une heure de plus par semaine ? Et les hispanisants non latinistes, pourquoi ne pourraient-ils pas faire partie du projet ? Comment impliquer concrètement une troisième langue dans le projet ? Casse-tête en perspective…

Un dispositif conçu pour soutenir l’enseignement des langues anciennes ?

Le parcours Mare Nostrum peut-il être une occasion pour les langues à petits effectifs, fortement malmenées par les dernières réformes, de retrouver une place dans l’enseignement des langues ? Mare Nostrum ressemble aux «parcours romans», mis en place il y a quelques années, sur le principe de projets communs entre langues anciennes et modernes. Leur succès a été relatif, les collègues de langues régionales, notamment l’occitan, ont parfois saisi cette occasion. En sera-t-il de même pour Mare Nostrum? Peut-être, faute de mieux. Encore faut-il que les sections de langues régionales ou à petits effectifs existent encore…

Voir les articles sur les langues régionales sur le site de la FSU

Ce contenu a été publié dans Sindicats. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.