15-04-21 à 18 h : rencontre occitane Sauramps : Langues régionales et accents. Les discriminations oubliées

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

en visio-conférence : https://univ-montp3-fr.zoom.us/j/97448802260?pwd=bDI5d1hvS1k5TWxMRHMyQTlLQzZsQT09

  • Michel Feltin-Palas, à propos de son livre, coécrit avec Jean-Michel Aphatie, de « J’ai un accent. Et alors ? », témoignages et enquête sur une discrimination oubliée, Michel Lafon, 2020.
  • Philippe Blanchet, Discriminations : combattre la glottophobie, Limoges, Lambert-Lucas, 2016.

Pourquoi, en France, un seul accent est-il jugé « normal » ? Pourquoi n’entend-on jamais ou presque à la télévision ou à la Comédie française les intonations d’Alsace, de Gascogne ou de Provence ? Et qui s’est arrogé le pouvoir de définir la « bonne » manière de parler ?

De fait, il existe en France une discrimination par les accents. Celle-ci se traduit souvent par des moqueries, parfois par l’impossibilité d’accéder à certains métiers, de l’audiovisuel au cinéma, en passant par le monde des affaires et l’université…

Une discrimination source de souffrances psychologiques plus graves qu’on ne le croit. Et, de surcroît, une discrimination méconnue.  30 millions de personnes environ sont concernées.

Michel Feltin-Palas est journaliste à l’Express, spécialiste des régions, il publie une lettre d’information hebdomadaire consacrée aux langues de France (« Sur le bout des langues ») où il défend avec vigueur la diversité culturelle. 

Il donne enfin régulièrement des conférences sur le français et les langues de France…

https://www.youtube.com/watch?v=q6bdtHbfmxs

et met en ligne régulièrement des vidéos sur ces sujets sur sa chaîne You Tube intitulée « Sur le bout des langues » : https://www.youtube.com/watch?v=y9gAkSm8ST0

Les discriminations fondées sur la langue sont largement ignorées alors qu’elles sont très répandues. On méprise, on rejette ou on prive de leurs droits à l’égalité des millions de personnes parce qu’elles ne parlent pas la langue des dominants à la façon des dominants, par exemple le français dans sa variété académique. Philippe Blanchet a donné un nom – glottophobie – à ces discriminations linguistiques et a attiré l’attention sur leurs conséquences aussi profondes que massives. Exemples à l’appui, il en montre ici les mécanismes pour mieux la révéler et la combattre.
Cette deuxième édition mise à jour retrace les évolutions récentes des textes règlementaires depuis la parution de la première édition en janvier 2016.

Philippe Blanchet est professeur des universités à l’Université Rennes 2, spécialiste de sociolinguistique, communication plurilingue et interculturelle, didactique des langues. Il est auteur ou coauteur de nombreux articles et ouvrages de recherche et de vulgarisation en sciences du langage.

 

Ce contenu a été publié dans Actualitats culturalas, Informacions culturalas, Universitat e recèrca. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.