13-11-22 – Le SNES-FSU – Académie d’Aix répond à la FELCO

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Voir la lettre adressée aux organisations syndicales : http://www.felco-creo.org/12-11-22-la-felco-interroge-les-syndicats-sur-leurs-engagements-en-matiere-de-langues-regionales/

  • 1- Quels sont vos engagements dans les instances de travail dédiées à l’enseignement des langues régionales (groupes de travail départementaux, conseil académique des langues régionales…) ?

Le SNES Aix-Marseille participe à toutes les instances concernant les langues régionales. Nos délégations sont toujours composées de collègues enseignant·es de langue régionale, accompagné·es et soutenu·es par un ou une militant·e du Secrétariat académique.
Nous sommes d’ailleurs en train de composer la délégation du prochain conseil académique des langues régionales qui aura lieu à Aix le 29 novembre.

  • 2- Quels sont vos engagements pour le suivi des collègues : stabilité des postes, services, emplois du temps, prise en compte des difficultés administratives, défense de l’enseignement des langues régionales lorsqu’il est menacé/méprisé par la hiérarchie… ?

Le SNES Aix-Marseille défend la diversité de l’offre de formation dans les établissements, lutte pour la pérennité des postes et des moyens. Lors de la mise en oeuvre de la réforme Blanqur du bac et du lycée, le devenir de l’occitan dans notre académie, comme celui des autres enseignements « rares » (enseignement artistiques, certaines LV,…) nous a fortement inquiété et nous avions été à l’initiative de mobilisation (rassemblement devant le rectorat, demande d’audience spécifique…). Nous n’avons pas de suppressions de postes en LVER dans notre académie pour le moment.
Dans le cadre des DGH et de leur ventilation, les sections SNES des établissements sont attentives au maintien des moyens alloués aux langues régionales, au maintien des postes.
Nos militant·es savent les difficultés que peuvent rencontrer les professeur·es de langues régionales dans leur quotidien (nombre de classes élevé, poste sur plusieurs établissements avec toutes les contraintes que cela représente), ils y sont attentifs et font en sorte que les conditions de travail des personnels se dégradent le moins possible dans un contexte général difficile.

Marion Chopinet,
Secrétaire académique SNES Aix-Marseille

Ce contenu a été publié dans Sindicats AELOC. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.