13-02-20 – rencontre occitane Sauramps – Deux classiques occitans Jean Larzac et Max Rouquette

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Rencontres occitanes de Sauramps – Jeudi 13 février 2020 à 18h – Librairie Sauramps – Montpellier

Deux classiques occitans : Jean Larzac et Max Rouquette

La rentrée 2020 se fera en poésie, avec deux œuvres dont l’une est devenue classique et l’autre destinée à le devenir. Fédérop réédite Los Saumes de la nuòch de Max Rouquette, recueil fondateur devenu introuvable. Letras d’òc publie Se rauqueja ma votz, le dernier ouvrage de Joan Larzac, dont chaque nouveau recueil est un événement. La poésie de ces deux Rouquette (Max et Jean, dit Larzac) a nourri les générations qui les ont suivis et qui ont appris dans leurs vers le meilleur occitan.

Max Rouquette. Los Saumes de la nuòch / Les Psaumes de la nuit. Édition établie par Philippe Gardy. Fédérop, 2019, 156 pages, 15 €.

Les Psaumes de la nuit réunissent les trois premiers recueils poétiques de Max Rouquette : Les songes du matin (1937), Songes de la nuit (1942) et La pitié du matin (1963). On trouve ici, rassemblés pour la première fois, tous les poèmes contenus dans ces trois recueils placés sous le signe des songes, sòmis en occitan.

Il est des livres qu’on redécouvre à la centième lecture avec le même émerveillement qu’à la première. Les années passent, on les lit et relit, sans qu’ils perdent rien de leur pouvoir d’enchantement, comme d’inusables formules magiques qui nous restituent, chaque fois qu’on les prononce, non seulement l’éblouissement primordial de la première fois, mais aussi l’innocence d’âme et de regard qui fut la nôtre à l’instant de leur découverte, quand nous étions jeunes et candides. Des livres merveilleux qui annulent le temps.

Les Psaumes de la nuit ont suscité beaucoup de vocations de poètes et d’écrivains. Nombre de leurs lecteurs y ont découvert la dignité de l’occitan et la puissance d’expression de cette langue. La publication de ce classique épuisé était une nécessité. Nous disposons maintenant, grâce au travail de Philippe Gardy, d’une édition élégante et fiable, prête à réveiller comme au premier jour l’enchantement que recèlent ces pages.

Joan Larzac. Se rauqueja ma votz [Si s’étrangle ma voix]. Letras d’òc, 2019. 192 pages, 20 €.

Plus de trente ans après la publication de ses Œuvres poétiques, suivies de quelques rares recueils, comme Dotze taulas per Nòstra Dòna ou Ai tres òmes a taula a miègjorn, ce dernier ouvrage, Se rauqueja ma votz, dévoile toute une partie restée inédite de la poésie de Joan Larzac. Car le poète n’a jamais cessé d’écrire tout au long de sa vie.

Après avoir œuvré de longues années pour achever son grand œuvre de traducteur, la Bible intégrale en langue d’oc d’après les langues originales, Joan Larzac est revenu à une écriture plus personnelle. Dans la continuité de ses premiers recueils, elle exprime toutes les facettes de l’humanité, les angoisses et les espoirs du monde, aujourd’hui comme hier : des interrogations sur l’existence à la contemplation des paysages du Languedoc et du Liban.

À chacun de ses livres, on retrouve avec bonheur ce poète irremplaçable dont on se récite les vers, encore et encore : des vers qui se gravent dans la mémoire par leur musique et leur évidence, leur profondeur et leur simplicité.

Rencontres occitanes de Sauramps organisées en partenariat avec les occitanistes  ReDOc/LLACS de l’Université Paul Valéry

Ce contenu a été publié dans Actualitats culturalas, Informacions culturalas, Publicacions, Universitat e recèrca. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.