10-11-22 – Rencontre occitane Sauramps – Sus la rota nissarda / Sur la route de Nice.

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Salle des Panathénées – site Saint-Charles 2 de l’Université Paul-Valéry, tram Albert 1er. – 18 h à 20 h, rescontre amb Jan Luc Sauvaigo e Miquèl Carabatta. Lien visio conférence :

https://univ-montp3-fr.zoom.us/j/99230960467?pwd=ODVoWUVRQ2hCekdsbVlZK2dpVndsUT09

Miquèl de Carabatta, Lo barròco funeral de paure Mèstre Simon-Pèire Sartre (IEO 06).

Voici comment Jean-Pierre Baquié, de l’Institut d’Estudis Occitans 06 présente l’ouvrage : « Lo premier tèxto que legiguèri de Miquèl de Carabatta siguèt Lo barròco funeral de paure Mèstre Simon-Pèire Sartre, que l’autor presentèt au concors literari dei « Amics de Mesclum » ; lo segond tèxto que descurbèri d’eu, siguèt Augustinha, au concors literati dei « Pays de Paillon »[…] capissèri qu’eravam faça a un autor dei grans, d’aquelu que pòrtan la lenga occitana mai luenh, que la fan evoluar en dignitat e qu’aviavam en tant qu’associacion lo defer de publicar li nòvas de Miquèl. La lenga emplegada es bèla, druda, gaireben poetica.

L’autor a causit de vos presentar sèt nòvas qu’anatz descurbir : cinc son en occitan de Niça e doi en lo parlar de Ribassiera (vivaro-aupin), gaire luenh d’aqueu qu’emplegava Francis Gag en li sieu Minuta. L’IEO-06 a causit de presentar lo libre embé la sieu traduccion francesa. Li rasons : lo trabalh immense de traduccion fach da l’autor, mas tanben la respòsta a una demanda dau public… »

Jean-Luc Sauvaigo, Faulas de Nissa / Fables de Nissa, 2015. Avec une version française de Miquèl de Carabatta

Il existe une ville qui s’appelle Nice (avec un c), amnésique, vulgaire et prétentieuse, une ville de carte postale et de banalités touristiques. Elle se prélasse sur la plage comme une courtisane, elle a renié son passé et ses héros, Catherine Ségurane, les barbets, Garibaldi. C’est la seule visible, mais ce n’est pas la vraie. La vraie, c’est Nisse (avec deux s). Joan-Luc Sauvaigo se fait « le guide du voyageur fantasmonaute, pour scruter, par derrière la ville du réel, cette « maison des rêves » couverte d’ex-voto dont la ferveur n’a pas été abrogée ».

« Vous pouvez toujours essayer d’y entrer par l’une ou l’autre porte, fausse ou imaginaire, fantôme de porte, rêve de port. Mais vous voilà prévenus. Vous aurez vite fait de vous perdre dans la platitude sans esprit de la nouvelle urbanité. » À sa suite, nous abordons dans la ville par la plage des Ponchettes, où jaillissait une source maintenant perdue (nommée Nisse) et où dormit sainte Réparate.

Sauvaigo nous présente quelques-unes de ses fréquentations : le peintre Gustav-Adolf Mossa, le poète nissard Jacques Rosalinde Rancher, son bon maître Robert Lafont et ses alter ego Tuck Certano et Guy Peillon. « Luchino » nous conte l’histoire de son comté, mais surtout ses légendes oubliées et quelques-uns de ses propres souvenirs d’enfance, précieux et éclairants.

Ce livre, le plus original qu’on ait écrit sur Nice, ouvre d’un poète rare et libre, « paillasse universel » comme il se nomme lui-même, est un guide sûr, profond, indispensable pour découvrir les mystères d’une cité faussement heureuse. Un livre sans lequel on ne comprendra jamais Bellanda, Nisse la Belle.

Miquèl de Carabatta, Lo barròco funeral de paure Mèstre Simon-Pèire Sartre (IEO 06).

Jean-Luc Sauvaigo, Faulas de Nissa (Jorn) e autras òbras http://www.editions-jorn.com/img/couv-faulas-de-nissa.jpg.

Les rencontres occitanes Sauramps sont une initiative des occitanistes de l’équipe ReSO – Recherches sur les Suds et les Orients.

 

Ce contenu a été publié dans Actualitats culturalas, Pedagogia e recèrca, Universitat e recèrca. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.