10-10-2020- Carole Delga demande une révision de la réforme Blanquer

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Cet engagement n’est pas nouveau. Il était déjà porté, en janvier 2020, dans un communiqué de presse : Carole Delga: «La réforme de M. Blanquer marque un recul considérable dans l’enseignement deslangues régionales».

Carole Delga avait aussi, le 5 mars 2020, soutenu un vœu adopté à l’unanimité de groupes de la majorité du Conseil Régional en faveur de l’enseignement public de l’occitan.

Depuis lors, elle a multiplié les interventions auprès des rectorats concernés pour que se signe enfin la convention additionnelle à la convention de janvier 2017. Elle avait également écrit au premier Ministre à propos de la réforme Blanquer et, plus largement, à propos de l’enseignement des langues régionales.

On lira ici ces différentes initiatives.

Le 9 octobre dernier, veille des mobilisations nationales, Carole Delga s’est de nouveau publiquement exprimée et ses propos ont été largement relayés dans la presse.

Exemple dans Objectif GARD :

Ce samedi 10 octobre, le monde occitan et catalan au travers de la fédération des enseignants de langue occitane et culture d’Oc (FELCO), « lo Congrès », OC-BI, les Calandretas, la Bressola et plus largement les associations occitanes et catalanes, manifesteront pour dénoncer la réforme du Lycée et du Baccalauréat. Ils sont inquiets de la place réservée à l’enseignement des langues régionales. 

« Cette réforme portée par le ministère de l’Education nationale constitue un recul inacceptable de divers enseignements, et notamment de la place et du statut des langues régionales au Lycée ainsi que de leur valorisation au baccalauréat » a déclaré Carole Delga.

« Pourtant, cet enseignement est essentiel pour l’avenir de nos langues et cultures régionales. Nous constatons d’ores et déjà un impact négatif sur les effectifs des élèves suivant cet enseignement  au sein de la région. Il n’est pas envisageable que nos lycéens ne puissent faire le choix d’apprendre l’occitan ou le catalan. Avec cette réforme, nos langues régionales se trouvent une nouvelle fois menacées de disparation » a rajouté la présidente de la Région.

Relais également dans Lourdes Actu, ou encore dans le journal du groupe socialiste, républicain et citoyen ainsi que dans Toulouse info.

Ce contenu a été publié dans Actualitats acuèlh, Actualitats CREO Lengadòc, Actualitats CREO Tolosa, Collectivitats territorialas. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.