08-04-22 – Groupe de travail occitan Lozère

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Ordre du jour

  • Circulaire du 14-12-2021
  • Point sur les projets – projet pédagogique académique – projets culturels
  • Plan lycées en lien avec l’OPLO
  • Nouvelle maquette de faculté d’éducation – ouverture de la formation occitan à l’INSPE de Mende

Quelques notes rapides

  • Impression persistante d’une nouvelle bonne volonté partagée entre l’administration et la Région
  • Le représentant de la Région insiste sur le bilinguisme (nouvelles ouvertures en primaire, enseignement de DNL en secondaire)
  • Une baisse dramatique des effectifs entre le primaire (1775, dont 354 bilingues), collège (429) et lycée (16), d’où l’importance du plan Lycée en lien avec l’OPLO.
  • Les difficultés persistent sur la poursuite en bilingue sur le site de Florac – élémentaire – avec un blocage avéré de l’équipe éducative, malgré réunions de médiation et proposition d’une solution intermédiaire au bilinguisme : enseignement renforcé. Les représentants syndicaux ont fait part d’une lettre de protestation de l’équipe pédagogique. L’administration, après s’être étonnée que ces résistances ne se soient pas clairement manifestées pendant les réunions, a fait savoir que le dialogue nécessaire allait reprendre.

Je suis intervenue, au nom du CREO, pour

  • souligner, s’il en était besoin, le résultat désastreux de la réforme des lycées, qui démultiplié les effets induits par la baisse relative du poids du coefficient de l’épreuve facultative. Suite aux mobilisations, une nouvelle disposition a permis, cet été, l’augmentation du coefficient, chose qu’il faut faire connaître
  • rappeler les blocages sur le collège de Marvejols
  • saluer l’ouverture de la formation à l’INSPE de Mende, réclamée par le CREO depuis plus de 10 ans pour pallier l’implantation excentrée de la formation à CARCASSONNE. J’ai cependant déploré la baisse des heures spécifiques de formation consacrées à la préparation du concours bilingue : de 195 h à 100 h. J’ai souligné le besoin d’avoir des enseignants qui possèdent un bon niveau de langue que seule peut leur permettre l’obtention d’une licence d’occitan, préalable aux formations spécifiques de l’INSPE. J’ai posé la question de la formation continue en langue.

NB : sur ce lien, le compte rendu de la FSU 48 : 2204-08-FSU-CR GT Lozère Occitan du 8 avril 2022

Ce contenu a été publié dans Actualitats CREO Lengadòc, Rectorat Montpellier. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.