03-09-20 – Compte rendu réunion téléphonique Collectif Pour Que Vivent Nos Langues

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Compte rendu « officiel » à partir, notamment, des notes de la FELCO. Voir le site du collectif : http://www.pourqueviventnoslangues.com/.

Présents :

  • François Alfonsi ;
  • Jean-Paul Couche (Institut de la langue régionale flamande);
  • Jean Faivre (Collaborateur François Alfonsi) ;
  • Claire Gago-Chidaine (Collaboratrice François Alfonsi);
  • Victor Gallou (Collaborateur Paul Molac) ;
  • Tangi Louam (Kevre Breizh);
  • Gilbert Mercadier (Congrès permanent de la langue occitane);
  • Paul Molac ;
  • Paulin Reynard (Felibrige) ;
  • Marie-Jeanne Verny (FELCO).

I- Compte rendu de la réunion au Ministère

Une réunion en deux temps, la première partie sur les questions liées spécifiquement au travail de Paul à l’Assemblée, la seconde sur Pour Que Vivent Nos Langues.
Les revendications immédiates décidées par le collectif (égalité de traitement entre langues régionales et langues mortes pour le Bac, ouverture de la classe immersive en Pays Basque et développement de nouvelles, inscription du flamand et du francoprovençal comme les autres langues régionales) ont été énoncées.
Pour l’égalité de traitement, le ministère a répondu avoir peur d”une généralisation à la fois en nombre de candidats et pour les autres matières. Paul et François ont répondu qu’il s”agissait plutôt de la sauvegarde de langues et que les langues régionales n”avaient ni le même statut dans la Constitution, ni les mêmes moyens extérieurs à l’Éducation Nationale que la musique ou d`autres options.
L’inscription du flamand et du francoprovençal a été entendue et notée.
Pour la classe immersive basque, les services ont justifié en parlant d’une erreur, qu’ils avaient prévu 18 classes et qu’il s’agissait d’une 19ème. La discussion reste ouverte.
L’impression globale a été plus positive que celle de novembre.
Le rendez-vous avec le Ministre a été acté, dans la lignée de la réponse de l’Elysée.
Le discours du Cabinet ne ferme pas les portes des discussions.

II- Journée des Langues Régionales du 10 octobre 2020

Point sur les rassemblements prévus : groupement Montpellier/Toulouse ; Aix en Provence ; Bayonne ; dans les Flandres, en Alsace, en Bretagne, en Corse.
Nous sommes encore dans l”attente des lieux précis (ajout de Nice et Limoges, Grenoble )
Devant les doutes sur les capacités de mobilisation, et de découragement constaté sur le terrain, il est rappelé que ces rassemblements ont vocation à rester « modestes « , mais avec une mise en scène et une communication commune à travers les réseaux sociaux et la presse.
Pour cela, il est important de fixer cette mise en scène commune (reprise de la thématique des fleurs validée au printemps), mais aussi d”avoir rapidement des informations sur les lieux, heures, formes des rassemblements (statiques, déambulation…) pour pouvoir communiquer le plus efficacement possible.
Décision de donner a cette mobilisation un format de « Joumée des Langues Régionales », avec rassemblement symbolique devant un établissement à définir localement (rectorat, préfecture…), en écho avec la journée européenne des langues du 26 septembre.
Il est proposé de coupler les rassemblements avec des tables rondes, ou des réunions publiques, selon la volonté des organisateurs, notamment pour permettre l”invitation et l’implication des élus des territoires.
Pour ces événements, François prévoit un budget qui pourra servir notamment à la commande de banderoles pour marquer un visuel commun, ces banderoles pourront notamment porter le logo et Pour Que Vivent Nos Langues, et une traduction dans la langue du rassemblement.

Ce contenu a été publié dans Actualitats acuèlh, Las autras lengas. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.