03-02-22 – Compte rendu de l’audience FELCO – IG Yves Bernabé

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

L’audiéncia se tenguèt en visio lo 3 de febrièr de 17h30 a 19h10

La Felco èra representada per Olivièr Pasquetti, president e Maria Joana Verny, cosecretària. Donam aquí un resumit de l’entreten que se faguèt sus un ton coral.

1- En prealable rapid : l’apelacion oficiala – e consensuala– occitan-langue d’oc

Monsieur l’inspecteur se dit intéressé par cette question, il partage notre avis et s’engage à le relayer. Il nous fait faire part d’une réflexion qu’il mène sur le « tout » et la « partie ». Il ne lui semble pas évident au moment de ces échanges de faire primer le tout sur la partie. Il connaît les réticences du côté d’Aix-Marseille et s’engage à être ferme sur toute tentative de scission de l’ensemble linguistique d’oc qui émanerait d’instances qui ne sont pas forcément pas liées à l’EN. Par ailleurs, il compte travailler pour parvenir à une cohérence plus grande sur l’appellation officielle.

2- Punt general : la publicacion dau rapòrt interministerial sus l’occitan, l’esperam totjorn, perquė es pas publicat ?

Le rapport n’est pas publié, c’est le Ministre qui décide de le publier ou pas. Au sein de l’EN, le Ministre a décidé de ne pas le publier et ce rapport risque de ne pas être publié.

3- Mesa en òbra de la lei Molac, mai que mai de l’article 7

La stratégie du Ministère c’est d’avancer sur ce point progressivement (création du Conseil Supérieur des Langues qui sera réuni avant la fin de l’année scolaire, les CALR qui d’ici deux ans auront repris dans TOUTES les académies de France un rythme de travail satisfaisant…). Des balises sont en train d’être posées par le Ministère, il ne faut pas s’attendre à une révolution copernicienne mais tout laisse croire que cette loi est en train de faire bouger les choses au sein de l’EN.

4- Situacion en licèu

a- derogacion per poder anar en un licèu dont li es de l’oc

L’IG prend note et compte relayer

b. prepausar LVB automaticament dont li es LVC

L’IG prend note et compte relayer ; la rigidité administrative dont il est question est compliquée à lever d’un seul coup

c. lo pauc d’EDS, manca de publicitat per li nòvi modalitats d’evaluacion

L’IG prend note et promet de faire remonter ; en effet, dans l’esprit, l’on est en droit d’attendre à ce que davantage d’EDS soient ouverts et proposés. Par ailleurs, il n’est pas normal qu’un élève ne soit pas bien informé sur les modalités d’évaluation, qui plus est revues à la hausse, de l’enseignement optionne

d. Presa en compte de li LR dins lo tecnic

Cela sera compliqué du fait que ça relève d’un arbitrage politique déjà établi. Malheureusement, je n’y crois pas pour le moment.

5. Inegalitat de tractament tra l’occitan e li autri lengas regionali en matèria de formacion e ressorsas umana

a. inexisténcia ancuèi de sessions de concorses de recrutament intèrn de certificats

pas de réponse à apporter

b.  mancanças en matèria de formacion iniciala e de contunh en la maja part dei INSPEs dei acadèmias de referéncia de la nòtra lenga

c. Pòstes al CAPES, CAFEP e a l’agrèg

d. l’absencia de au mens 1 cpd per despartament

      Sur ces trois points, je ne puis rien dire,

6. Inegalitats au dedintre de l’espaci d’oc

a. situacion dei acadèmias sinistradi (encargats de mission? CALR? estructura de l’ofèrta…),

la question des CALR sera réglée d’ici deux ans, chaque académie concernée disposera de son CALR

b. question dei mejans ministerials flechats

L’IG n’a pas de réponse à apporter, néanmoins la loi Molac semble pousser à cette égalité territoriale. Je sens qu’au sein du Ministère, des balises sont en train d’être posées.

c. Disparicion dei corses en li 3 acadèmias de IDF (Paris, Cretelh, Versalha).

Li es forçadament per toti li LR una demanda sus Paris (e sobretot per lo creòl…)

L’IG est disposé à aider s’il y a des choses faisables. « à l’instar d’un cours de créole qui a été monté récemment en région parisienne, si vous sentez que dans un établissement il peut y avoir un professeur compétent et une demande éventuelle, je ferai en sorte que cela soit concrétisé mais je ne peux pas démarcher tous les établissements d’Île de France pour tenter de mettre en place un cours. Faites-moi savoir où la possibilité existe et j’accompagnerai le processus. »

Conclusions de l’entretien

L’inspecteur promet de nous aider lorsque cela lui sera possible. Il suggère que dans un dispositif Mare Nostrum actuellement au stade de rédaction et qui devrait sortir d’ici peu, les enseignants de langues régionales jouent leur partie,

Petit à petit les langues régionales se structurent et depuis qu’il occupe la fonction d’IG, c’est la première fois qu’il sent une évolution dans la considération pour les LR. Il ne faut pas s’attendre à de grandes révolutions mais la tendance est à créer une nouvelle place pour les LR, il faut « embarquer » les professeurs dans ce qui est en train de se structurer et par conséquent les élèves. Il y aura un vrai débat à mener sur cette idée du « tout » ou de la « partie » et donc sur l’égalité républicaine.

 

 

Ce contenu a été publié dans La FELCO e lo Ministèri. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.