03-01-22 – le CREO Dauphiné-Vivarais et l’IEO Auvergne-Rhône-Alpes s’adressent au rectorat

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

 

Voir la lettre au format PDF : http://www.felco-creo.org/03-01-22-le-creo-dauphine-vivarais-et-lieo-auvergne-rhone-alpes-sadressent-au-rectorat/

À Mme Hélène INSEL
Rectrice de l’académie de Grenoble
Grenoble, le 03 janvier 2022
Objet : Enseignement de l’occitan dans l’académie de Grenoble
Mme la Rectrice,
Comme vous le savez, l’IEO Auvergne-Rhône-Alpes et le CREO Dauphiné-Vivarais sont
particulièrement sensibles au sort de l’enseignement de l’occitan dans l’académie de Grenoble que la direction de la FELCO – fédération des CREOs académiques – qualifie de « sinistrée » lorsqu’elle présente au ministère la situation de l’enseignement public de l’occitan-langue d’oc dans les 8 académies concernées.
La parution du 16 décembre dernier de la circulaire ministérielles « langues régionales »
( https://www.education.gouv.fr/bo/21/Hebdo47/ MENE2136384C.htm) peut nous laisser cependant espérer des changements importants, puisqu’elle réaffirme, à plusieurs reprises, le soutien du Ministère à l’enseignement de nos langues dans les académies concernées, dont la nôtre fait bien évidemment partie, que ce soit pour l’occitan en Drôme, Ardèche et sud Isère, ou ailleurs, pour le francoprovençal, enfin reconnu.
C’est à ce titre, et aussi à la suite du Conseil Académique des Langues Régionales du
21/10/2021, que nous nous permettons de vous solliciter : l’enseignement de l’occitan nécessite en urgence la mise en place d’un plan de soutien sur les territoires occitanophones de l’académie de Grenoble cités plus haut. Pour rappel :

  •  Drôme
    – dans le premier degré, une professeure des écoles itinérante dans la circonscription de Nyons assure des interventions en occitan ; il existait, avant le départ à la retraite du titulaire, un poste de professeur itinérant qui n’a pas été reconduit malgré l’existence, dans ce département, d’une professeure des écoles compétente en langue (titulaire d’une licence d’occitan-langue d’oc) ;
    – dans le second degré, seulement deux heures hebdomadaires sont dispensées par un enseignant titulaire d’une autre discipline (1h en 6ème-5ème ; 1h 4ème-3ème) au collège de Pierrelatte ; la seule collègue certifiée d’occitan-langue d’oc issue de l’Académie, après 2 années d’affectation à titre provisoire dans celle-ci, a été affectée, faute de création de poste statutaire, dans l’académie de Montpellier, cette situation mettant un terme à ce qu’elle avait bâti à Nyons.
  • Ardèche : une initiation à l’occitan (une poignée d’heures) est assurée par des membres
    bénévoles de l’association Parlarem en Vivarés (intervenants extérieurs en milieu scolaire) dans l’école privée de Saint-Jeure-d’Ay.
  • Isère : aucun enseignement.

Nous avons noté lors du CALR votre volonté de soutenir et de développer l’enseignement de l’occitan-langue d’oc dans ces départements. Dans l’attente d’un compte rendu écrit de ce conseil, nos deux associations s’adressent donc à vous pour savoir où en est la mise en œuvre de ces objectifs de soutien et développement :

  • La carte scolaire se décidant au mois de mars, serait-il possible d’envisager la mise au
    mouvement de postes du premier degré en Drôme et en Ardèche, sous une forme qu’il
    faudrait étudier (maître itinérant, mission d’accompagnement pédagogique en attendant la création, comme dans la majorité des départements de l’espace occitan, de postes statutaires de conseillers pédagogiques) ? Afin d’avancer plus concrètement, pourrions-nous rencontrer les DASEN de ces deux départements pour leur présenter le projet de développement et identifier les écoles qui pourraient bénéficier des interventions en occitan, de manière à proposer un maillage territorial pertinent ?
  •  Envisagez-vous la mise en place d’une enquête sur les ressources humaines disponibles : recensement des enseignants possédant les compétences linguistiques requises ?
  • Envisagez-vous la mise en place d’une formation continue afin de leur permettre de passer de la compétence linguistique à la compétence didactique et pédagogique ?
  • Envisagez-vous la création et la mise au mouvement d’un poste statutaire de certifié
    d’occitan-langue d’oc ?
  • D’autre part, dans la mesure où un grand nombre d’élèves sont scolarisés dans l’enseignement privé sous contrat, en particulier en Ardèche, des mesures équivalentes
    pourraient-elles être envisagées pour que ces élèves soient aussi sensibilisés à l’occitan?
  • Sur tous ces points, nous mettons à la disposition de vos services notre expertise linguistique et notre connaissance du terrain, dans le cadre notamment, des groupes de travail que vous avez annoncés lors du conseil académique.
    Pour évoquer avec vous, Mme la Rectrice, l’ensemble des éléments que nous portons à votre attention dans ce courrier, l’IEO et le CREO ont l’honneur de solliciter de votre bienveillance une audience.
    Nous vous remercions de l’attention que vous voudrez bien apporter à ce dossier et, dans l’attente de votre réponse, nous vous prions de croire à notre attachement au service public de l’Éducation nationale.

 

  • Jean Roux, président de l’IEO Auvergne-Rhône-Alpes
  • Gérard-Jean Barcelo, président du CREO Dauphiné-Vivarais
  • Isabelle Méjean, vice-présidente de l’IEO Auvergne-Rhône-Alpes
  • Quentin Garnier, secrétaire de l’IEO Auvergne-Rhône-Alpe
Ce contenu a été publié dans Actualitats CREO Granòble, Rectorat Granòble, Vida intèrna Granòble. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.