02-04-21 – adresse aux parlementaires pour appeler au vote conforme de la proposition de loi relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

pour.que.vivent.nos.langues@gmail.com

Le 2 avril 2021

 

2 avril 2021

 

 

 

Objet : adresse aux parlementaires pour appeler au vote conforme de la proposition de loi relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion

 

Mesdames les députées, messieurs les députés,

            L’enjeu de la sauvegarde de nos langues régionales, que l’UNESCO classe en grand danger d’extinction est de plus en plus fondamental. Il est admis qu’aujourd’hui, la baisse du nombre de locuteurs en langue régionale est continue du fait de la non-transmission générationnelle de ces langues. Voir une langue disparaître, c’est voir disparaître tout un pan du patrimoine national de notre pays et, au-delà, de l’Humanité.

Si l’expression et la créativité de nos langues dans la vie culturelle (musique, théâtre, littérature…) sont de plus en plus riches, le rôle de l’école est fondamental pour leur survie.

La préservation nécessaire de cette diversité culturelle ne saurait être l’apanage des parlementaires implantés dans les territoires concernés par l’usage des langues régionales : en interpellant la représentation nationale dans son ensemble, nous souhaitons insister sur le fait que cette question de la préservation de toutes les langues de France vous concerne bien toutes et tous.

La proposition de loi relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion a été débattue mercredi 31 mars au sein de la commission des affaires culturelles et de l’éducation qui l’a adoptée.

Pour autant, nous ne pouvons qu’exprimer notre surprise après le rejet de l’article relatif au versement du forfait communal vers les écoles associatives dispensant un enseignement en langue régionale, dès lors qu’aucune forme d’enseignement de cette langue n’est dispensée au sein de la commune de résidence d’un élève. Aujourd’hui, le modèle économique des écoles associatives est extrêmement précaire et leur pérennité est menacée. Ce forfait avait pourtant bien fait l’objet d’un engagement du Gouvernement, et a bel et bien été adopté au Sénat, où siègent les représentants des collectivités territoriales, lors d’un scrutin public.

Par ailleurs, notre collectif reste particulièrement vigilant sur le sort des trois autres articles discutés en commission. Certes, ils ont été adoptés, mais nous réitérons notre demande qu’ils puissent faire l’objet d’une adoption conforme lors de l’examen en séance. Ces dispositions ne sont pas seulement utiles et nécessaires pour permettre d’avancer sur la question de l’enseignement de nos langues, elles sont tout simplement indispensables pour nous donner un espoir de voir assurer le maintien et la transmission de notre patrimoine immatériel.

Mesdames les députées, messieurs les députés, c’est avec solennité que notre collectif vous demande aujourd’hui de valider les avancées permises par le vote des sénateurs en la matière, et de rétablir en séance l’article 2 quinquiès de cette proposition de loi permettant ainsi une adoption conforme du texte.

            Nous vous prions de bien vouloir recevoir, Mesdames les députées, Messieurs les députés, l’assurance de nos sincères salutations.

                                                                       Le collectif Pour Que Vivent Nos Langues

Ce contenu a été publié dans Actualitats acuèlh, Amb las autras associacions, Las autras lengas. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.