Contra la liquidacion de l’occitan a la fac d’Albi

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Toulouse, le 14 mai 2018

À Mme Anne Bisagni-Faure,

Rectrice de l’académie de Toulouse

 

Objet : Suppression de l’occitan au centre universitaire d’Albi

Madame la Rectrice,

Nous souhaitons porter à votre connaissance nos vives inquiétudes liées à disparition de l’enseignement de l’occitan au centre universitaire Albi Champollion.

Jusqu’aux années universitaires 2015-2016, l’apprentissage de l’occitan au sein du centre universitaire était proposé aux étudiants en UE d’ouverture ou en UE optionnelle tous parcours confondus. Ainsi, selon leurs compétences, les étudiants faisaient le choix de s’inscrire en niveau I, II ou III. Au total, quatre heures étaient dévolues à cet enseignement, deux heures pour le niveau I et deux heures pour le niveau II et III regroupés. Cet enseignement était fortement plébiscité avec 70 à 80 étudiants inscrits chaque année.

Depuis la rentrée universitaire 2016-2017, seuls les étudiants du département Arts, Lettres et Langues peuvent s’inscrire à cette unité d’enseignement dans le cadre de la licence Langues Littératures Civilisations Étrangères et Régionales. Cette modification des règles d’inscription a entraîné une baisse drastique des effectifs : 16 étudiants en 2017 et 12 cette année. Enfin, le nombre d’heures dévolu à cet enseignement est passé de quatre à deux heures.

Nous constatons donc le lien évident entre les choix de réorganisation de l’offre d’enseignement de l’occitan opérés par le centre universitaire Albi Champollion et la forte baisse du nombre d’étudiants suivant l’enseignement de l’occitan. Enfin, la baisse du nombre d’heures alloué à cet enseignement semble être la conséquence directe de ces choix.

Cette situation a mis gravement en péril l’enseignement de l’occitan au sein du centre universitaire Albi Champollion à tel point qu’il semble être fait le choix de le supprimer à la rentrée prochaine. Ceci est pour nous d’autant plus incompréhensible que la demande est forte et que les politiques de l’État et des collectivités territoriales vont dans le sens d’un développement de l’apprentissage et de la transmission de l’occitan. Les étudiants qui se forment en occitan dans leur grande majorité ont pour projet professionnel la transmission de la langue et de la culture occitanes, notamment dans le cadre des concours de recrutement de l’Éducation Nationale que sont le CAPES et le CRPE.

Nous vous demandons donc, Madame la Rectrice, de bien vouloir revenir sur la décision de suppression de l’enseignement de l’occitan au centre universitaire Albi Champollion et de tout mettre en œuvre afin que les possibilités d’inscription en occitan soient élargies au plus grand nombre d’étudiants comme cela a pu être le cas auparavant.

Nous informons également Madame la Présidente de l’Institut National Universitaire Champollion d’Albi ainsi que la Présidente de l’Office Public de la Langue Occitane de notre démarche.

Veuillez agréer, Madame la Rectrice, l’expression de nos sentiments distingués.

M. Nicolas Rey-Bèthbéder,

président du CREO de l’académie de Toulouse

Ce contenu a été publié dans Actualitats CREO Tolosa. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.