30 06 22 Compte Rendu CAEOC Toulouse

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Compte-rendut del CAEOC del dijous 30 de junh 2022

del CREO de l’acadèmia de Tolosa

Al rectorat de Tolosa de 9h a 11h15

Présents physiquement : Vincent DENIS (secrétaire général de l’académie de Toulouse, qui représente le recteur absent), Didier AGAR (IPR OC), Fabienne TAJAN (SG Adjointe de l’académie de TLS),Thierry DOUSSINES (IEN 82 OC), Aymeric MEISS (DASEN 31), Vincent RIVIÈRE (OPM), Martine RALU(Òc-Bi), Pierre ESCUDÉ (Inspé), RIVAIL et RIVES (CD32), TAJAN (CANOPÉ), E FRAJ (IEO), Une représentante FSU, LEPOINT (UNSA), LACROIX (UTJ.JAURES), Estève CROS (OPLO), Emmanuel ISOPET (Pdt CREO TLS) et Nicolau REI BÈTHVÉDER (SG CREO TLS)

Présent en visio : PH. SOUR (81) GLENET IPR anglais, BERGOUGNAN (31), BATBIE (UNSA), Catherine LAVIT (IEN65) NOILHAN (SGEN), Elisabeth NICOLAS-FOIX (IEN32) TONEATTI IEN 81, BERMAN (?), ROQUES (DASEN 82), PAPILLON (DASEN 46), ROUSSE (CD12), AUREILLE (CPD 12), PUGIN (CD 65) (?) NOGUÉ (CD65), GOBBÉ-MÉVELLEC (INSPÉ), L’ANGELO, (?) et PERROTIN (FCPE)

  1. le Recteur Mostafa FOURAR est absent pour cause de COVID.

Ambient general : Lo CREO foguèt ofensensiu e lo rectorat dins la denegacion, de còps mespresenta pels silencis davant nòstras questions.

V. DENIS : rappelle la circulaire du 14 décembre qui doit se décliner au niveau académique, rappelle la mise en place du Conseil des langues, du dispositif Mare Nostrum (9 éts, avec un dispositif par dpt et 2 ds le 31), et la possibilité de la LVC pour les bac technologiques. La DGESCO travaille sur un vademecum pour les pratiques pédagiques.

Le renouvellement de la Convention avec la Région est en cours, un calendrier a été adopté. La DGESCO proposera une première mouture. Le travail d’évaluation est fait par l’OPLO.

Cette année est la première certification des EDS : 17 élèves.

Un seul reçu au CRPE occitansur 10 postes ouverts…

8 enseignants dans le cadre de la formation ENSENHAR (7 du primaire et 1 du secondaire). Le coût des remplacements (500 000€) incombent à l’académie.

CREO TLS pose en préalable les questions incrites au CR du dernier CAEOC mais n’ayant pas reçu de réponse.

1- Nous demandions une communication officielle de M. le Recteur (une circulaire par exemple) auprès de tous les chefs d’établissements au sujet de l’enseignement de l’occitan, afin de présenter le cadre législatif, les engagements rectoraux et les modalités de financement de cet enseignement. Ceci n’a pas été fait, mais le rectorat peut-il s’engager sur cela pour la rentrée prochaine ?

Pas de réponse claire.

2- Nous proposions la suppression de l’utilisation des sous-services des enseignants d’occitan pour effectuer des heures « officielles » mais par contre d’utiliser ce volant horaire pour développer l’initiation généralisée en 6° ? Peut-on acter cela pour l’année prochaine ?

Un premier débat, vif, s’ouvre sur les sous-services en occitan qui pourraient pallier quelque peu le manque de ressources en occitan.

Le CREO TLS démontre qu’il s’agit de faux-sous-services qui permettent parfois de ne pas payer d’heure sup’ et qui pénalise la généralisation de l’occitan dans l’enseignement comme le prévoit la loi du 21,5,21

Denis VINCENT semble découvrir ce problème et Agar reste silencieux.

V. RIVIÈRE demande des précisions sur les 2h que doivent apporter les éts sur leur marge horaire.

Le Rectorat, de façon alambiquée, répond que les éts sont autonomes et que donc ce principe n’a pas force de loi. En fait, le principe fixé par Delaunay est caduque avec Fourar.

Les syndicats vont dans le sens du CREO TLS.

3- Nous proposions l’intégration de l’occitan dans le futur projet académique ? Cette demande a-t-elle était prise en compte ?

Pas de réponse claire.

4- Enfin nous proposions d’inviter les lycéens « ambassadeur de la langue » au CAEOC ?

Cela ce fera, mais il y a eu des retards et des problèmes dans la mise en place des « ambassadeur de la langue ».

La FSU demande à ce que les syndicats soient invités aux groupes de travail départementaux. Cela ne se fait pas partout. Dans le Lot par exemple. Elle note un dégradation des conditions d’enseignement de l’occitan et demande le retour d’une politique volontariste.

Présentation de la nouvelle carte des enseignements d’occitan. Pas de nouveaux site bilingue. Malgré les annonces faites en février à Mombrun, Pinsaguel, Cahors…

Demande de clarifications sur le site de Vic-Fesensac. Le bilinguisme est assuré, mas pas l’enseignement renforcé. Il n’y a pas d’engagement de suivi sur ce type d’enseignement.

Qu’en est-ils des possibles sites d’Encausse-Montbrun, de Pinsaguel de St Sozy, des Pradettes (Toulouse), de Rodez ? La réorganisation du site de Castres ?

Tout cela est à l’étude.

Le CREO TLS évoque la situation de Pamiers : dernière année d’occitan en collège. Refus d’ouvrir l’option en 5° l’année dernière alors que 17 élèves étaient volontaires).Refus de faire du recrutement cette année et la prochaine, seules les heures pour les 3° de l’année prochaine sont maintenues. Quel avenir pour la Calandreta et le lycée ? Un trou dans la continuité ?

AGAR : une réflexion et un travail est en cours sur cet établissement.

OC-BI proteste de cette situation.

Le CREO demande des explications sur la situation au collège de Naucelle.

AGAR n’est pas au courant et va se renseigner.

2) Ressources humaines et formations

Le rectorat appuie sur la réussite de la bourse ENSENHAR professeur.

P. ESCUDÉ s’alarme de la baisse des effectifs en lycée qui auront des répercussion sur les M1. Il évoque le travail de l’INSPÉ de l’université et du rectorat avec une information et une formation à Rangueil. 15 pré-inscriptions.

Il demande que l’on s’assure de l’ouverture du concours de l’agrégation pour l’année prochaine et que cette annonce soit faite dans un délai raisonnable pour donner le temps à l’université de mettre en place une formation et aux candidats de s’inscrire et de se préparer sérieusement.

Il informe des 6h de langue et culture occitane délivré à tous les M1 de l’académie. Cette question est centrale.

Le CREO constate la fatigue, le découragement (abandons d’enseignement de l’occitan, dépression), la mauvaise gestion des ressources humaines (personnes en sous service).

La question des CPD est majeure.

La Convention État-Région de 2017 pour le développement de l’enseignement avait insisté sur le rôle fondamental des Conseillers Pédagogiques Départementaux (CPD) spécialisés en occitan, pour impulser et organiser cet enseignement en primaire. D’ailleurs, il avait été convenu d’atteindre l’objectif de 11 CPD occitan à la fin de la Convention en 2022. Est-ce un objectif exagéré ? Non. Il s’agissait simplement de rétablir le nombre de CPD que l’académie avait connu entre 2000 et 2010, et qui avait permis, grâce à une politique rectorale volontariste, de développer l’enseignement de l’occitan en primaire. Il y a trois ans, l’académie comptait 7 ETP occupés par des CPD occitan. Mais depuis :

– Un demi-poste a été supprimé dans le Tarn, malgré les avis négatifs des associations, syndicats, Conseils Départemental et Régional.

Cette décision a reporté le travail sur l’autre CPD du département et est certainement à la source de son arrêt de travail prolongé et non remplacé.

– Un demi-poste a été supprimé à la rentrée 2019 dans les Hautes-Pyrénées, faisant suite à la suppression d’un autre mi-temps en 2017. Il faut sûrement y voir la raison de l’abandon du dernier CPD en cette année 2022.

– Un autre CPD (Tarn-et-Garonne) a été affecté à mi-temps à CANOPÉ et non remplacé.

– Enfin, deux CPD (Haute-Garonne et Hautes-Pyrénées) ont demandé à mettre fin à leur mission et repris une charge d’enseignement.

Cette année 2021-2022 a donc fonctionné une grande partie de l’année avec 2,5 CPD occitan pour toute l’académie (cf. annexe 2).

La charge d’une partie seulement de ces postes a été assumée pas des enseignants non encore formés. Heureusement que 2 d’entre elles viennent de l’obtenir.

DENIS, AGAR et DOUSSINE contestent fermement cette réalité. Les changements de poste des CPD occitan sont des choix personnels que l’on ne peut remettre en questions. Il n’y a pas de baisse du nombre de CPD.

LACROIX insiste sur la nécessité d’ouvrir le concours de l’agrégation dans un délai qui permette proposer une formation. Il n’est pas facile de trouver si rapidement des spécialistes sur ces questions.

3) Présentation de quelques projets pédagogiques en cours.

  1. Lecture du diaporama pour présenter le partenariat avec l’OPLO.

Compte-rendut fèit per Nicolau Rei Bèthvéder (SG CREO TLS) e Emmanuel Isopet (Pdt CREO TLS)

 

Ce contenu a été publié dans Actualitats CREO Tolosa, Rectorat Tolosa, Vida intèrna Tolosa. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.