20 6 2019 CR CAOC Toulouse Version française

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Version française définitive

 Compte rendu du

Conseil Académique pour l’Enseignement de l’Occitan (CAEOC) 

– Rectorat de Toulouse – Jeudi 20/06/19   

Salle des Troubadours. De 9h15 à 12h (la rectrice est partie à 11h).

Une quarantaine de participants (il manque des syndicats comme le SNES car ils n’ont été invités que hier).  Ambiance : morose avec des tensions.  

Merci à M. D. Tajan pour la prise de note sur ordinateur au CAEOC.

Mme la Rectrice, Anne Bisagni-Faure : L’occitan fait partie des priorités académiques comme le veut la convention en cours et comme cela sera confirmé par la future convention corédigée avec l’OPLO et soumise à de nombreuses collectivités.  Cette convention a pu être mise a mal cet hiver lors de la réforme des lycées : pour mettre en œuvre cette réforme, il a fallu mettre en œuvre dans les lycées une allocation de moyens permettant de redistribuer les dotations en tenant mieux compte de la justice sociale et territoriale.  On a veillé à ce que cela ne pénalise pas l’occitan. Cela a pris du temps. Il y a eu de nombreux échanges au sein de l’EN. Il y a eu beaucoup d’émoi. Il y a eu beaucoup d’interrogations. La politique aurait pu être mieux expliquée et la Rectrice fait amende honorable. Elle veillera a mieux travailler avec l’OPLO et le CREO TLS sur ces dossiers.  Priorités : -ressources humaines volontariste -les moyens pour le bilinguisme seront sécurisés et toujours fléchés avec un objectif de 2% des élèves du primaire en 2022 (+900 élèves/ situation actuelle) L’offre d’occitan en lycée (LVB) pourra être développée, mais pas systématisée à tous les établissements qui proposent l’occitan, dans certains établissements pour renforcer l’offre pour ceux qui ont bénéficié d’un cursus bilingue.  Introduire la possibilité dans 3 lycées de l’académie de faire un enseignement de spécialité en occitan.  Dans les collèges, les inspecteurs travailleront en accompagnement pour le développement de parcours romans (EPI…). C’est une autre manière pour revendiquer un enseignement d’occitan en établissement du second degré.  Forte attente des calandretas. Cela ne sera pas évoqué ici. Mais la Rectrice reviendra bientôt vers elle.

Intervention du CREO TLS , Nicolas Rey-Bèthbéder (NRB) :  Remerciements pour avoir reçu le CREO a plusieurs reprises.  Mais reste beaucoup de problèmes. Annonce de suppression de moyens spécifiques a été brutale. Un cahier de doléances a été rédigé. Propos inadmissibles par moments de la part de collègues et de chef d’établissement. Ces humiliations sont inadmissibles. La situation que connaît M. Ménassol CPD 46 n’est pas normale. Des maladresses ont été commises et Mme la Rectrice l’a reconnu publiquement.  Causes : suppression des moyens spécifiques et réforme du lycée.

Intervention du CREO TLS , Christophe Ménassol :  Pour le premier degré : la convention prévoit que les CPD oc soient maintenus. Or cela n’a pas été le cas.  Dans le premier degré, rappel de l’importance du rôle des conseillers pédagogiques occitan (courroie de transmission entre enseignants et inspecteurs, formation ESPE…)  La suppression du poste de CPD oc peut être un très mauvais signal. Beaucoup d’enseignants bilingues ont abandonné suite à cela.  

Réponse de la Rectrice : L’exemple du Lot est « faussé ». Le poste de CPDOC n’a pas été du tout supprimé. La situation du Lot est au contraire volontariste.  

Réponse surréaliste de M. Bousquet, inspecteur Lot : Le poste CPD Oc n’est pas supprimé.

Christophe Ménassol répond qu’il ne l’occupe plus et qu’il est supprimé de fait.  Au niveau du 1er degré : le fait que la formation dans les ESPE soit à la baisse impacte fortement. Pas de création de sections bilingues. Beaucoup d’instabilité dans les sections bilingues.  Réponse du DASEN du Tarn : les fermetures de poste sont liées à des baisses d’effectifs. Il y a aussi des problèmes RH d’affectation de profs occitan.  Problème de l’absence de titulaires remplaçants en section bilingue.  Problème des ouvertures de Sections Bilingues F/OC (SB) : Pas d’ouvertures, pourtant promise à Cahors, ni dans la communauté de communes des Bastides de Lomagne.  

Réponse inspection du Gers : On y travaille. Il y a aussi un projet à Vic-Fezensac et à Lombez.  

Intervention du CREO TLS (NRB) :  Dans le 2 nd degré : des établissements ont supprimé l’occitan (lycée). Parfois il y a donc des problèmes de continuité des parcours.  Dans l’académie de Bordeaux : moyens spécifiques.  Le CREO a fait une prévision d’effectifs : baisse de 30% en lycée et 25% en collège. Ce n’est pas seulement lié à l’offre mais à un climat. La réforme pèse beaucoup.  L’EDS Occitan c’est 8 élèves sur l’académie et 19 en France.  

Questions, NRB :  L’an prochain, pourra-t-on mieux prévoir le besoin en occitan ? Nous sommes attachés aux moyens spécifiques en occitan.  

Réponse de la Rectrice : Non pour le fléchage, oui pour un meilleur suivi avec la mise en place de l’allocation progressive des moyens qui se fera à l’automne. L’OPLO et le CREO TLS y seront associés.  

Pourra-t-on avoir un engagement écrit pour transformer les LVC en LVB ?  

Réponse de la Rectrice : Oui, à l’issue de la seconde.  

Y aura-t-il une reprise du développement de sections bilingues ?  

Réponse de la Rectrice : Pas en 2019-20, mais après oui car les conventions signées avec les département vont les favoriser.  

Les enseignants bilingues ne restent pas sur des postes en occitan. Comment faire ?  L’occitan pourrait-elle avoir le même coefficient que le latin ?  

Réponse de la Rectrice : On transmettra au MEN    

IEO, Emmanuel Isopet : Convention Etat/Région : quel délai ?  

Réponse OPLO Estève Cros : Toulouse, l’Aveyron, Hautes Pyrénées sont OK. Quelques soucis dans le Tarn bientôt réglés. Négociation en cours dans le 31 qui devrait déboucher rapidement. Dans le Gers, pas de réticences non-plus. Tarn et Garonne : pas de souci.  Réponse rectrice : Objectif : signature à la rentrée pour un signal dès le début d’année scolaire  

IEO : Nous voudrions que les objectifs minimum d’effectifs soient revus à la hausse.  

Réponse Rectrice : Les objectifs doivent être réalisables mais les chiffres annoncés sont des minima.  

IEO : Partout où il y a une option occitan, il devrait y avoir une possibilité de LVB.  

Réponse Rectrice : Restreint dans un premier temps, puis développement.  

IEO : Suppression de l’Option oc dans un collège du Tarn et Garonne. C’est une situation scandaleuse. Demande de 80 élèves qui n’est pas satisfaite. 

Réponse Rectrice : La chef d’établissement se doit de réaliser le dispositif « devoirs faits » et elle est contrainte à cause des transports scolaires et d’amplitude horaire. C’est un sujet sur lequel on doit trouver une solution.     

Calandretas Guilhem Latrubesse :  ¾ des parents d’Occitanie sont partisans d’une transmission de l’occitan.  Importance de la continuité de l’enseignement.  Suggestion de signer une convention entre rectorat et fédération des calandretas.  Cette année, 0 postes du Ministère pour Calandreta.  La contractualisation de la 4e du Collège ne s’est pas faite. Beaucoup de complications, notamment financières.  Met en péril la titularisation des professeurs.  Idem à l’école de Léguevin qui a 6 ans et qui n’est toujours pas contractualisée. Le travail a été fait et ils n’ont pas été récompensés.  Effort à faire sur les évaluations de CP. Les calandretas sont d’accord et voudraient être accompagnées.    

FCPE :  Remerciements pour propos introductifs de la rectrice.  Il faut inscrire un travail concerté de ceux qui travaillent sur cette question.  La FCPE est partisane de l’allocation progressive des moyens attribuée aux établissements en difficulté et appuie la politique de la rectrice.  Il ne faut pas d’opposition entre ce qui est mis en place pour l’occitan et l’allocation progressive de moyens pour des établissements dont les élèves sont en difficulté.    

Syndicat SE-UNSA – Représentant du personnel  La convocation est arrivée très tardivement ce qui pose question. Nous y sommes quand même mais pas le SNES FSU  La situation demeure très compliquée.  Il faut un retour des dotations fléchées pour éviter que les chefs d’établissements fassent le sale travail. Eviter les mises sous pression des professeurs et les mises en concurrence. 8 postes du CRPE oc devaient être créés au concours spécifique. Des écoles bilingues devaient être créées.  Le coefficient au bac est aussi un levier déterminant.  Pour avoir des moyens supplémentaires, il faudrait des projets interdisciplinaires. Qu’est-ce qui a été fait ? Quel financement ?  Où est le point de blocage de la convention ?    

Patrick ROUX (Région Occitanie-PM ) : La convention ne peut être signée qu’après de nombreuses vérifications.  La réforme Blanquer a freiné et complexifié notre tâche.  Lorsque la Région est allée plaider au ministère, elle a été face à un certain autisme, l’Etat étant assez étanche aux arguments avancés.  La situation est tout de même inquiétante : manque cruel de ressources humaines. Il faut s’interroger. Communication ? Engagement durable des enseignants bilingues ?  Il faut s’engager sur la formation de la ressource humaine. C’est le point. prioritaire.  Possibilité de transformer les bourses Ensenhar « Étudiants » en bourses « Enseignants ».  Il faut répondre à la situation de danger réel de la langue occitane.  Espoir de signature de convention en septembre.  Il faut marquer une vraie volonté politique lors de la signature de la convention.  L’émotion sur ce sujet a prouvé que l’occitan dans cette région est un sujet important.  

Réponse rectrice : Temps de concertation en amont dès que l’on aura le budget.  

IEO, Emmanuel Isopet : Il y a des enseignants en sous-service. Ne serait-il pas possible qu’ils utilisent ces heures pour faire de la sensibilisation généralisée.  

Réponse chef d’établissement : rien n’empêche ce fléchage. Actuellement ils sont plutôt sur « devoirs faits »  Réponse Rectrice : il faut tout de même respecter les orientations nationales.   

Université, Patrick Sauzet :  Relève l’importance de la formation.  Il faut des étudiants en université pour devenir profs ou autre.  Il faut avoir de la visibilité sur les postes offerts (Capes) plus il y aura de postes offerts, plus il y aura d’étudiants pour s’engager dans ces études.Pour l ‘agrégation, il est inadmissible de ne toujours pas savoir s’il y aura une session l’année prochaine.   

Conseil départemental Aveyron :  Dans la convention : partie départementale : pas en annexe (remplacer par « convention départementale »). Tenir compte des particularités de chaque département.    

(Mme la Rectrice doit partir pour cause d’intrusion dans le hall du Rectorat)    

Présentation du bilan Olivier Curnelle & Didier Agar :  (document projeté sur les effectifs)  Synthèse : enseignement progresse dans le premier et le second degré.  Les 8 postes au CRPE ont été pérennisés.  13 bourses ensenhar ont été attribuées  Formation linguistique continue : la formation initiale ne suffit pas. Il faut de la formation continue. C’est une ressource fiable en termes de motivation. Mise en place de parcours de formation hybrides (3 niveaux possibles). Adaptation gasconne à prévoir. Deux formateurs DAFPEN sur l’académie.  Appel à candidatures ouvert : 131 demandes . 20 candidats retenus.  La mise en œuvre des 3 niveaux d’accompagnement ont été mis en œuvre. Objectif : être capable de mener des situations d’enseignement en classe bilingue.  9 habilitations (1er et 2d degré)  Pour l’an prochain, 10 de ces enseignants se verront proposer un niveau 2  20 nouvelles places de niveau 1 (peut-on augmenter ce quota ?IEO. Réponse : la jauge reste la même : cela coûte cher)  Il faut faire connaître ce dispositif et le diffuser largement.  Le dispositif Ensenhar entrera dans le dispositif de formation (4 bourses par an)  Présentation des projets PECCO et des projets départementaux 1 er degré.  Mise en lumière de la contribution de Réseau Canopé pour équiper les écoles. Cap maths+2 albums  Perspectives 2019  Une cartographie des LVB occitan est à l’étude.  

CREO, NRB : Combien de LVB en 2019-20 ?  

Réponse : 23 lycées sur 37 où il y a de l’occitan.  Lorsqu’on ouvre une LVB on se doit de maintenir une pérennité (enseignement obligatoire), donc on ne peut pas passer en l’occitan en LVB partout où l’occitan est en LVC. On va doubler le nombre de lycée où on propose occitan en LVB mais il faut sécuriser les parcours. Mais rien n’est figé. C’est évolutif.  

CREO, NRB : On peut cumuler un EDS OC + EDS Espagnol ou Anglais ?  

Réponse d’Olivier Curnelle. Précision légale : la loi interdit que plus de 50% de l’enseignement soit dispensé dans une langue autre que le français. Problème du cumul des enseignements de spécialité linguistiques. Donc, non.  Pas de créations de sites bilingues cette année mais plusieurs sont prévues à la rentrée après signature de la convention.  

OC-Bi : Qu’en est il de la mise en conformité à IBOS et Ossun ?(30% au lieu de 50% en occitan)  

Réponse : À Ossun, la solution est résolue pour la rentrée (positionnement d’un PE Oc). Même démarche à Ibos. On recherche à stabiliser (transition) mais les organisations syndicales y sont opposées.  

Le DASEN prendra ses dispositions avant la rentrée.  Des solutions sont recherchées dans le 65 (politique volontariste). Question des ressources humaines).  Continuité de collège du secteur de Juillan. La question sera étudiée pour la rentrée 2020 quand les élèves arriveront en 6 e .  

Compte rendu établi par DT, NRB et EM.

 

Ce contenu a été publié dans Actualitats CREO Tolosa. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.